×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2735 Le 14/03/2008 | Partager

. Flambée pétrolière: L’AIE se réunit lundi L’Agence internationale de l’énergie (AIE) va tenir lundi 17 mars une réunion avec des experts du secteur pétrolier sur l’envolée des prix, qui battent record sur record depuis 10 jours, a indiqué une porte-parole, confirmant une information du Financial Times. «Il y aura lundi une réunion sur les prix avec des experts, aussi bien du secteur financier comme les courtiers, que des représentants des secteurs de la production et du raffinage», a-t-elle confirmé sans plus de précisions.. Bill Gates pour l’immigration de salariés qualifiésLe fondateur de Microsoft Bill Gates a plaidé passionnément mercredi dernier devant le Congrès américain pour une politique d’immigration plus favorable aux salariés très qualifiés, pour éviter de provoquer des délocalisations et de nuire à la compétitivité américaine. Intervenant devant la commission du Congrès pour la science et la technologie, Gates a averti que «la place des Etats-Unis comme leader mondial de l’innovation est menacée», car le pays «ne diplôme pas assez d’étudiants dans les matières scientifiques» et limite trop le nombre de visas pour les salariés étrangers de haut niveau. Selon le département du Travail, il faudra en 2014 deux millions d’emplois scientifiques aux Etats-Unis. Or, a-t-il dit, le nombre de diplômés américains dans ces domaines a baissé de 15% entre 1985 et 2005. Dénonçant cette «pénurie», il a donc demandé au gouvernement et au Congrès d’augmenter le quota de visas pour les travailleurs très qualifiés. . Conflit gazier: Enfin un accordLes groupes russe Gazprom et ukrainien Naftogaz ont signé un accord gazier semblant régler l’épineuse crise qui les opposait depuis des semaines sur des problèmes de dette, de prix et de schéma de livraison de gaz, selon un communiqué de Gazprom jeudi. L’accord prévoit que l’Ukraine recevra entre mars et décembre 2008 au moins 49,8 milliards de mètres cubes de gaz d’Asie centrale pour un prix de 179,5 dollars les 1.000 mètres cubes. Ce gaz sera directement acquis par Naftogaz à la frontière ukrainienne. A l’inverse, le gaz d’Asie centrale reçu en janvier et février, soit un volume de 5,2 milliards de mètres cubes, sera réglé selon les contrats qui incluent les intermédiaires RosUkr-Energo et UkrGazEnergo. . Création de l’institut européen d’innovation et de technologie Un institut européen d’innovation et de technologie (IEIT) sera prochainement créé à Bruxelles où les premières communautés de la connaissance et de l’innovation seront établies vers fin 2009.Ce projet, dont la création vient d’être adoptée par le Parlement européen, « est appelé, selon le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, à devenir un élément important du paysage de l’innovation en Euro». Cet institut facilitera et renforcera les partenariats et la coopération entre les secteurs des entreprises, de la recherche et de l’enseignement supérieur dans l’UE et aidera ainsi à poursuivre la relance de l’emploi et de la croissance en Europe dans le futur. . USA: Le départ de Fallon, révélateur de divisions La démission soudaine du chef des opérations militaires américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale a mis au grand jour les divisions internes sur l’Irak et l’Iran au sein de l’administration Bush, mais aussi dans les rangs militaires américains.L’amiral William Fallon, chargé depuis 2007 de superviser les deux guerres menées par les Etats-Unis en Irak et en Afghanistan, a présenté mardi dernier sa démission après avoir été décrit dans un article de presse comme un farouche opposant à la politique du président George W. Bush face à l’Iran. Outre ses vues critiques sur l’attitude belliqueuse de l’administration Bush vis-à-vis de l’Iran, l’amiral Fallon était, selon la presse, fréquemment en désaccord au sujet de l’Irak avec le général David Petraeus, commandant sur le terrain irakien, apparemment investi de l’entière confiance de Bush.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc