×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Bovins: La France se dote d'une base de données

Par L'Economiste | Edition N°:511 Le 20/05/1999 | Partager

Baptisée «fichier national des veaux» (FNV), une base de données destinée à centraliser les informations sur la naissance des bovins en France vient d'être créée par arrêté du Ministère de l'Agriculture, publié le 15 mai au Journal Officiel. Ce fichier regroupe des informations relatives aussi bien aux animaux qu'aux exploitations. Pour les animaux, il s'agit du numéro national d'identification du veau et de celui de la mère, de la race, de la date de naissance et du sexe. Les informations relatives à l'exploitant concernent, elles, le numéro d'identification de l'élevage, le nom et l'adresse de l'exploitant.
La base de données, qui sera constituée au CERIT (Centre d'Etudes et de Réalisations Informatiques de Toulouse), sera composée à partir de fichiers départementaux ou régionaux déjà existants.
Selon l'arrêté, les informations ne pourront être consultées que par les services du Ministère de l'Agriculture, l'Office national interprofessionnel des viandes, de l'élevage et de l'aviculture et les services chargés du système d'identification des animaux.

Les éleveurs, quant à eux, pourront toutefois accéder à une partie de ces informations sur un fichier spécifique, disponible sur Internet. Ce fichier fournira les numéros d'identification des animaux, leur race, leur date de naissance et leur sexe. Parallèlement, un autre arrêté institue un système de passeport pour les bovins français doublant le système déjà en place de marques à l'oreille. Cette disposition avait été annoncée par le ministre de l'Agriculture, M. Jean Glavany, le 26 avril dernier.
L'arrêté, qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain, stipule que tout bovin ne pourra circuler «qu'identifié de deux marques auriculaires agrées conformes à la réglementation et accompagné d'un passeport».
A préciser que ces deux arrêtés s'insèrent dans le cadre de la réglementation communautaire, notamment du règlement du 21 avril 1997 relatif à l'identification des bovins et l'étiquetage de la viande bovine. Le ministre français de l'Agriculture avait souligné fin avril que l'objectif de ces nouvelles dispositions était de garantir «la traçabilité des bovins et de leurs produits vis-à-vis des consommateurs. Ces mesures, poursuit-il, «constituaient le socle du suivi sanitaire des troupeaux, du dispositif d'amélioration génétique ainsi que de la gestion des primes animales».o

Meriem OUDGHIRI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc