×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bouygues: Des résultats en trompe-l'oeil

Par L'Economiste | Edition N°:1599 Le 11/09/2003 | Partager

. Un bénéfice en baisse au premier semestreLe géant français du BTP et de la communication, Bouy-gues, vient d'annoncer des résultats pour le premier semestre 2003 en net recul par rapport à la même période un an plus tôt. Le bénéfice net a ainsi atteint 130 millions d'euros (plus de 1,3 milliard de DH) pour la première moitié de l'exercice en cours, contre 465 millions d'euros au premier semestre 2002. Rien d'alarmant donc, d'autant qu'en données comparables, le bénéfice net a en fait augmenté de 12%. C'est ce qu'a expliqué le management du groupe, selon lequel il faut prendre en compte les plus-values de cession de Bouygues Offshore qui se sont élevées à 337 millions d'euros début 2002 et se replacer dans un périmètre égal. Les résultats consolidés du groupe auraient ainsi été meilleurs en ce début d'année, «grâce à la progression de Bouygues Telecom, de TF1, de Bouygues Immobilier et de Saur». Si les chiffres semblent leur donner raison en ce qui concerne les trois premières sociétés, il n'en va pas de même pour Saur. Le bénéfice d'exploitation de cette filiale spécialisée dans l'eau et l'énergie est en effet passé de 46 à 34 millions d'euros entre le premier semestre 2002 et celui de 2003. C'est également le cas de Colas, dont le bénéfice a baissé de plus de moitié (de 25 à 11 millions d'euros). Mais la baisse la plus importante concerne Bouygues Construction, dont le bénéfice est passé de 63 à 5 millions d'euros dans la même période. Le bénéfice d'exploitation de Bouygues a ainsi atteint 524 millions d'euros au premier semestre 2003, contre 506 millions l'an dernier à la même période, ce qui laisse entrevoir aux dirigeants du groupe «une progression significative du résultat en 2003». Ils expliquent par ailleurs la baisse du CA consolidée de 5,8% au premier semestre par la cession de Bouygues Offshore, tandis que la hausse de la dette du groupe (de 3,2 à 4,2 milliards d'euros) serait due au renforcement de la participation dans Bouygues Telecom, ainsi qu'aux variations saisonnières de trésorerie habituelles chez Colas. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc