×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Bourse: Les banquiers convoitent le Conseil de Surveillance

Par L'Economiste | Edition N°:623 Le 25/10/1999 | Partager


· Les banquiers reviennent à la charge
· La proposition a été faite lors du conseil d'administration du GPBM mercredi 20 octobre


Les banques prendront-elles le contrôle de la Bourse de Casablanca?
Le conseil d'administration du GPBM (Groupement des Professionnels des Banques du Maroc) tenu le 20 octobre a tourné dans ce sens. Dans le cadre de la mise en harmonie des statuts de la SBVC (Société de Bourse des Valeurs de Casablanca) avec ceux de la société anonyme, le GPBM a proposé la constitution d'un conseil de surveillance composé essentiellement des directeurs généraux des banques. Au cas où la mesure est validée, ces directeurs remplaceront les administrateurs des sociétés de bourse adossées aux établissements bancaires et représentés jusque-là dans le conseil d'administration de la SBVC. Pour les sociétés de bourse indépendantes, la situation restera inchangée et les administrateurs garderont leur fauteuil.
Cette proposition n'est pas passée inaperçue. Et pour cause, neuf sociétés de bourse, parmi les 15 constituant le tour de table, sont adossées à des établissements bancaires. De sources proches, il est indiqué qu'à travers cette suggestion l'objectif des banques est de séparer la gestion de l'actionnariat. Chose qui avait fait auparavant l'objet de plusieurs critiques de la part des professionnels.
Même en l'absence de décision définitive, les opérateurs du marché ont très vite réagi. «C'est un nouveau conflit entre sociétés de bourse et banques pour la gestion de la bourse. Si cette décision est approuvée, ce sera une remise en question de l'esprit même de la réforme boursière», lance un opérateur de la place.
L'avis est partagé par un autre intervenant du marché qui estime qu'"en toute logique la gestion de la SBVC ne devrait pas passer chez les banquiers, étant donné que ce sont deux métiers différents».
Ce n'est pas la première fois que le conflit banques/bourse apparaît au niveau des postes-clés de la SBVC. Déjà, lors des dernières élections du président actuel, M. Rachid Ouali Alami, le groupement professionnel avait appuyé la candidature de banquiers pour être à la tête de la SBVC.


Le rôle du Conseil de Surveillance


La loi sur la société anonyme est très claire sur le statut, le rôle et le pouvoir du Conseil de Surveillance.
L'originalité du Conseil se manifeste au niveau des attributions. Le Conseil de Surveillance n'est pas tout à fait exclu de la gestion interne de la société, bien que sa mission de contrôle reste prépondérante. Il a pour mission principale d'exercer le contrôle permanent de la gestion de la société par le directoire. Il contrôle la régularité de la gestion. Autrement dit sa conformité à la loi et aux statuts. Il fixe en outre les grands objectifs de la politique de la société.
A toute époque de l'année, le Conseil peut opérer les vérifications qu'il estime utiles.
Certaines dispositions de la loi permettent également au Conseil de surveillance de participer activement au fonctionnement de la société, sans pour autant lui permettre de s'immiscer dans la gestion ou de l'entraver.

Yousra MAHFOUD

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc