×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bonnes réserves pour les barrages

    Par L'Economiste | Edition N°:2922 Le 17/12/2008 | Partager

    . Un taux de remplissage de 58,2% au 16 décembre. Des ouvrages affichent même du 100%Le niveau de remplissage des barrages affiche de bons scores. A la mi-décembre, il est de 58,2%, selon les chiffres du secrétariat d’Etat chargé de l’Eau contre 42,8% à la même période en 2007. Les réserves en eau sont évaluées à 9,074 milliards de m3 contre 6,673 milliards de m3 à la même période de l’année dernière. Certains barrages, à petite et moyenne capacité, affichent même un taux de remplissage de 100%. C’est le cas entre autres des barrages Hassan Addakhil, Abdelmoumen, El Kensera, Aït Massaoud, Mokthar Soussi… Les grands barrages agricoles dont certains affichaient de faibles taux de remplissage ont amélioré leurs scores. Il en est ainsi notamment de ceux qui dominent les régions du Loukkous, le Gharb, Doukkala-Abda ou encore Tadla-Béni Mellal. Ainsi, Oued El Makhazine dont la capacité de retenue s’élève à près de 700 millions de m3 et qui a presque doublé son taux de remplissage en passant à 68% au 16 décembre contre 38,7% à la même date de l’année dernière. Idem pour le barrage Ahmed El Hansalli dont le niveau de remplissage atteint 53,1%, au 16 décembre, contre 27,8 l’année dernière à la même époque. Pour Al Wahda, autre grand barrage agricole dont la retenue s’élève à 3,7 milliards de m3, le taux de remplissage est passé à 79 % contre 66,9% l’année dernière. Concernant Bin El Ouidane, l’amélioration est relativement modeste avec un taux de remplissage de 48,8% contre 45,2%. La performance est encore plus modérée pour Al Massira, autre grand ouvrage agricole d’une capacité de 2,65 milliards de m3. Au 16 décembre, il n’a été rempli qu’à hauteur de 16%. Ce qui représente un léger mieux par rapport à sa situation de l’année dernière à pareille époque (15,4%). C’est dire l’impact positif des pluies précoces enregistrées et celles toujours en cours sur les barrages et nappes phréatiques. Pour l’heure, la situation hydrique paraît satisfaisante au niveau de l’ensemble des régions agricoles du pays. Certaines enregistrent même une avancée par rapport à la normale.K. E. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc