×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

BMCE Bank: Le résultat net en hausse de 18%

Par L'Economiste | Edition N°:1861 Le 24/09/2004 | Partager

. Le PNB s’apprécie de 8,7% grâce à la progression des activités du marché. Le taux de couverture des créances en souffrance s’est amélioré de deux pointsNombreux sont ceux qui prédisaient, il y a quelques mois, des résultats des plus négatifs à BMCE Bank pour 2003. Sauf qu’à la surprise générale, 2003 a été un bon exercice et 2004 semble s’acheminer sur la même tendance. Les résultats semestriels, publiés le 20 septembre en attestent. Ainsi au terme des 6 premiers mois de l’année, le résultat net agrégé de la banque s’est apprécié de 244,6 millions de DH à 288,7 millions de DH. Ce qui représente une hausse de 18%. Le ROE a grimpé de 9,5 à 10,4%, soit près d’un point d’amélioration sur l’année glissante. Quant au PNB, il s’est accru de 8,7% grâce à la hausse soutenue des activités du marché (46,3%) et des activités génératrices de commissions (+7,4%). Pour expliquer ces performances, le management fait valoir une stratégie de développement et des projets structurants entamés il y a près de deux ans. Parmi les axes stratégiques, figurent essentiellement une consolidation des acquis, une accélération de la croissance du segment des particuliers et une augmentation de la part de marché MRE. La stratégie de développement agressif du marché des particuliers permet à la banque d’améliorer de 2% ses parts de marché dépôt à 16,4%. Globalement les dépôts clientèle augmentent de 25,2% sur la période. Les dépôts des MRE s’apprécient quant eux à de 16,6%, entraînant un gain de part de marché de 0,6 point à 6,4% sur ce segment. Les crédits à la clientèle ont connu une légère progression de 1,7% à 25,1 milliards de DH. Une performance mitigée due à la constatation d’importants remboursements anticipés des crédits. Les crédits immobiliers ont progressé de 80% à la faveur des nouvelles formules lancées, comme “Immoplus”, “Salaf Soukna” et “Salaf Imtilak” destinés aux enseignants.Côté activité de la monétique, BMCE Bank a émis près de 134.000 nouvelles cartes de crédits au cours du premier semestre 2004, ce qui porte le stock à près de 400.000 cartes. L’activité Bancassurance connaît également une croissance soutenue, le nombre de contrats souscrits augmente de 36,2% par rapport au premier semestre 2003. Les activités de BMCE se développent également grâce à la mise en œuvre d’une politique d’accompagnement des PME-PMI en termes de suivi et de conseil, ponctuée par une maîtrise des risques. . Couverture du risque de changePar ailleurs, les efforts en termes de consolidation des acquis, notamment sur le volet activités du marché, ont été payants. BMCE Capital, la banque d’affaires de BMCE Bank, enregistre en effet une croissance de 11% de son PNB et 12% du résultat brut d’exploitation. Ce premier semestre a connu le lancement par BMCE Capital Markets d’un nouveau produit de deuxième génération: les options pour la couverture du risque de change. Une première au Maroc qui permet également à l’entité de renforcer sa position sur les marchés de change et des Bons du Trésor. L’actif sous gestion de BMCE Capital Gestion et des actifs sous conservation de BMCE Capital Titres augmentent de 23,5 et 12,2%.Le résultat brut d’exploitation pour sa part a été moins soutenu, enregistrant un recul de 4%. Ceci en raison principalement de l’augmentation des charges générales d’exploitation (+15,7%) due notamment à des frais liés à la conduite de plusieurs projets structurants dont le projet d’entreprise “Cap Client”. Le recul du résultat des opérations sur immobilisations financières, après la constitution de dotations aux provisions sur titres a également bridé le RBE. La baisse des dotations nettes aux provisions (-12,1%) traduit une plus grande maîtrise dans la gestion des risques et des efforts de provisionnement particulièrement soutenus menés durant les exercices de 2002 et 2003. De ce fait le taux de couverture des créances en souffrance a évolué de deux points passant de 67,3 à 69,2%.Parmi les faits marquants de ce premier semestre pour la banque dirigée par Othmane Benjelloun, son récent partenariat avec le Crédit Industriel et Commercial (CIC). Le français a en effet acquis 10% du capital de la BMCE au prix de 72 millions d’euros. L’accord-cadre signé entre les deux partenaires définit les axes de coopération industrielle et commerciale. Pour la banque de distribution, il s’agit de fructifier les expertises dans plusieurs domaines dont l’immobilier, la bancassurance, le crédit à la consommation ainsi que le crédit-bail. Pour ce qui est de la banque Corporate, la coopération sera axée sur la promotion entre autres du courant d’affaires commercial entre les entreprises des deux rives de la Méditerranée. La banque d’affaires, quant à elle, aura le rôle de plate-forme d’opérations sur le Maroc, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. L’offre en termes de moyens de paiement sera aussi renforcée, notamment dans le domaine de l’émission et de l’acquisition de cartes de crédit. Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc