×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Blix à la BBC: «La guerre en Irak n'étaitpas justifiée»

Par L'Economiste | Edition N°:1605 Le 19/09/2003 | Partager

. Américains et Britanniques avaient «exagéré» les informations sur la guerre . Il n'y avait pas d'armesde destruction massiveHans Blix a jeté un pavé dans la mare au sujet de la guerre en Irak. L'ex-responsable des inspecteurs en désarmement de l'ONU a estimé hier jeudi sur la BBC (radio) que la guerre n'était pas justifiée et que Britanniques et Américains avaient «exagéré» les informations des services de renseignements disponibles.«Je ne pense pas» que la guerre en Irak était justifiée, a estimé Blix en réponse à une question, ajoutant qu'Américains et Britanniques «auraient pu attendre et continuer avec les inspections pendant quelques mois». «La patience qu'ils (Washington et Londres) demandent aujourd'hui pour eux, ce n'est pas quelque chose qu'ils étaient prêts à nous accorder» avant la guerre, a-t-il poursuivi.Moyen Age et sorcièresLa BBC où Blix a parlé est connue pour ses positions très critiques à propos de la politique de Tony Blair. C'est la même BBC qui a été à l'origine de l'affaire explosive de l'expert en armement David Kelly, qui avait révélé sur ses ondes que le gouvernement britannique a volontairement gonflé les informations sur la guerre pour justifier son intervention en Irak. L'expert s'est ensuite mystérieusement donné la mort. Maintenant, la même information est revenue sur la bouche de Blix. Selon ce dernier, Américains et Britanniques ont en fait «exagéré», surinterprété, les informations des services de renseignements: «Ils étaient convaincus que Saddam Hussein développait des armes de destruction massive (ADM) mais je crois que c'est compréhensible vu le passé de cet homme», a reconnu l'ancien diplomate suédois. «Au Moyen Age déjà, quand les gens étaient convaincus qu'il y avait des sorcières, ils les cherchaient et les trouvaient», a-t-il ironisé.Poursuivant sur ce thème, Hans Blix a analysé plus précisément le dossier sur l'arsenal irakien publié par le gouvernement britannique le 24 septembre 2002, «avec cette fameuse mention des 45 minutes» (le délai censé être nécessaire au régime de Bagdad pour déployer ses armes chimiques et biologiques): «Si on lit bien le texte, j'ai l'impression que son objectif était de conduire, de mener le lecteur vers des conclusions qui vont au-delà du sens réel du document».«Ce qui est en fait en accusation ici, c'est la culture du “spin” (manipulation de l'information), du battage médiatique», a insisté l'ancien chef des inspecteurs en désarmement des Nations unies: «Les publicitaires vont faire la publicité d'un réfrigérateur dans des termes que nous ne croyons pas vraiment, mais nous attendons des gouvernements qu'ils soient plus sérieux et plus crédibles», a-t-il plaidé. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc