×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Blé tendre: Les cours grimpent

Par L'Economiste | Edition N°:2299 Le 16/06/2006 | Partager

. Le quintal traité à 230-235 DH. Coopératives et organismes privés se remettent au travail. Transport et prime de stockage, dernière pomme de discorde Rush sur les coopératives agricoles. Après un long bras de fer avec le ministère de tutelle suite à l’instauration des appels d’offres pour la commercialisation du blé tendre (www.leconomiste.com), elles ont enfin repris leur activité. Certaines d’entre elles, notamment à Casablanca, ont été prises d’assaut par les camions remplis de blé. De longues files d’attente se sont même formées le long de la route à proximité des coopératives. Le blé tendre qui s’échangeait à 180 DH le quintal au moment de la crise avec l’Agriculture, est vendu aujourd’hui entre 230 et 235 DH, selon les opérateurs. L’entrée des coopératives sur le marché ne signifie pas pour autant la fin des différends avec le ministère. D’autres questions restent toujours en suspens, notamment la prise en charge du transport du blé vers les minoteries et la subvention dégressive du stockage. En effet, la circulaire du ministère prévoit la prise en charge du transport par les organismes stockeurs ainsi que la réduction de 20% par mois de la prime de stockage qui est de l’ordre de 2 DH/q par quinzaine. Cette dernière mesure ne concerne évidemment pas les 12,5 millions de quintaux destinés à la farine subventionnée. Pour cette quantité, la prime est assurée jusqu’à l’écoulement définitif de la marchandise. Une nième réunion était prévue ce 16 juin entre les opérateurs de la filière céréalière et l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (Onicl). Selon Zaghloul Essaidi, président de l’Union nationale des coopératives agricoles marocaines (Uncam), si les opérateurs peuvent à la rigueur accepter la réduction dégressive de la prime de stockage, ils ne feront aucune concession sur le transport. Les coopératives sont pour l’instant les seuls organismes qui respectent les prix de référence (250 DH/q) fixés par le ministère, souligne Essaidi. C’est pour cela que les fellahs se rabattent sur elles. En moyenne, la collecte quotidienne s’élève à 20.000 q à Safi, 10.000 à Marrakech et varient entre 10.000 et 15.000 à Casablanca. La situation est différente pour les organismes stockeurs privés qui refusent toujours les appels d’offres, même s’ils ont eux aussi repris du service il y a une semaine. Selon un agriculteur, les prix du blé tendre dans la région de Fès/Meknès, zone de forte concentration des stockeurs agréés, ne dépassent pas 200 DH. Selon lui, certaines coopératives et stockeurs «ont laissé traîner la crise pour s’approvisionner discrètement à bas prix». A l’en croire, si les choses ont fini par rentrer dans l’ordre pour les coopératives, les privés continuent de profiter de la situation. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc