×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Benslimane sort de l’anonymat

Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

. Une destination qui se développe. Bientôt l’aéroport et la double voie. Deux zones touristique et industrielle en réalisationSituée entre Casablanca et Rabat, Benslimane est longtemps restée dans l’ombre des deux grandes capitales marocaines. «Entendez bien Benslimane… Non pas Sidi Slimane, parce que les gens ont tendance à les confondre». Khalil Dehy, président du conseil municipal de la ville de Benslimane, espère de tout cœur que l’identité de la ville soit enfin affirmée. Pourtant, ce n’est pas les atouts promotionnels qui manquent. Loin de là! C’est l’un des meilleurs climats dans le pays, l’une des plus grandes étendues forestières avec près de 60.000 ha de chêne vert, thuya et cyprès. Elle est également la ville de la chasse par excellence, grâce à de grandes réserves très variées. Benslimane est le chef-lieu de la province du même nom. Sa notoriété reste toutefois largement inférieure à celle de Bouznika, par exemple, qui est pourtant l’une des trois localités de la province. Que lui manque-t-il? Des projets, tout simplement.Les responsables de la ville, eux, sont assez optimistes quant à l’avenir de la région. Et pour cause, deux grands projets, justement, y sont entrepris. Des projets à même de la désenclaver. Il s’agit du transfert de l’aéroport Casablanca-Anfa à Benslimane et du dédoublement de la voie reliant la ville à sa voisine Mohammédia. Les responsables ne cachent pas leur enthousiasme: «L’impact de ces projets sur la ville est certain». Dehy confie qu’à peine ces projets annoncés, «une augmentation des prix des terrains a été constatée».Pour sa part, l’aéroport offrira à la ville une dimension internationale. «Elle pourra figurer dans les bulletins météo. En fait, cela va créer un point qui s’appelle Benslimane sur la carte marocaine alors qu’on se demandait presque si la ville avait été rayée de la carte!», s’exclame le président du conseil municipal.Pour les autorités de la ville, c’est en effet une nouvelle page qui s’ouvre. Abdessalam Mrini, secrétaire général de la province le confirme. A la question de savoir si les projets en cours constitueront un déclic vers le développement de la ville, il répond que c’est «Le» déclic dans l’histoire courte de cette jeune province née en 1977. Pour lui, ces projets promettent un bel avenir à la région sauf qu’il faut bien s’y préparer.Il faut dire qu’à l’heure actuelle, Benslimane présente une infrastructure assez faible. Parmi ses 50.000 habitants, la population rurale est majoritaire. La couverture en eau potable n’a pas encore atteint 39% de la population rurale. Environ 35% n’ont pas encore l’électricité. Un grand effort est cependant entrepris pour pallier ces besoins. «La province en fait une priorité à côté de l’assainissement liquide, l’éclairage public, les travaux de voiries et de chaussées ainsi que l’aménagement des espaces verts», assure Mrini.. Les investisseurs et les écolos d’abordA côté de l’agriculture et l’élevage, Benslimane tend à développer d’autres secteurs économiques. Essentiellement le tourisme et l’industrie. C’est dans cette optique que deux grandes zones de la ville sont en cours d’aménagement afin de constituer une plate-forme pour les investisseurs potentiels. Ceux-ci, en plus d’être attirés par la proximité de la région du centre du Royaume, seront encouragés par la facilitation de l’accès à la ville grâce à l’autoroute Mohammédia – Benslimane.La première tranche du projet de la zone industrielle est en cours de finalisation. Vers la fin décembre, 13 ha sur la totalité des 32 ha du projet seront complètement viabilisés. «On a déjà des demandeurs et on ne doute pas que l’affluence sur cette zone sera importante», indique le SG de la province. Mais pour acquérir des lots dans la zone industrielle Benslimane, il faut plus qu’un simple projet! Khalil Dehy explique que «la condition posée est que ces projets respectent la nature». Autrement dit, les industries polluantes ne sont pas les bienvenues dans la région. Elles constituent un très grand risque pour l’un des atouts majeurs de la région: le micro-climat.L’infrastructure touristique, elle, sera renforcée par quelque 68 ha de terrain dédiés aux projets touristiques. «L’investissement dans ce secteur est en deçà des aspirations», avoue Abdessalam Mrini. Dans toute la province de Benslimane, on trouve seulement un hôtel et trois résidences touristiques classés. L’intention des responsables est de faire de la région une destination de tourisme écologique, interne surtout. Chez les investisseurs privés, l’ambition est plus grande. Jawad Youssoufi, gérant du projet du golf de Benslimane, pense que la ville peut également attirer les visiteurs étrangers. Le Golf de Benslimane pourra y contribuer, car il prévoit la construction d’un grand nombre de villas touristiques ainsi qu’un grand hôtel cinq étoiles. Ces structures seront destinées à recevoir golfeurs et touristes. Et même hommes d’affaires, puisque l’hôtel est censé contenir de grandes salles de réunion. De quoi attirer les organisateurs de séminaires et autres rencontres professionnelles.Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc