×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Barroso enfin à la tête d’une commission

Par L'Economiste | Edition N°:1900 Le 22/11/2004 | Partager

. Approuvée par le Parlement, son équipe prendra ses fonctions aujourd’hui La nouvelle Commission européenne de José Manuel Durao Barroso a obtenu le 19 novembre à Strasbourg l’investiture des eurodéputés, avec une large majorité de 449 voix pour, 149 contre et 82 abstentions. Cela met fin à trois semaines de crise institutionnelle inédite dans les annales communautaires.Le successeur de Romano Prodi et ses 24 commissaires prendront leurs fonctions à Bruxelles aujourd’hui lundi, deux jours avant leur première réunion officielle.Barroso a accueilli le vote des parlementaires comme une marque de “confiance” faisant reposer sur son équipe “une très grande responsabilité”. “Nous allons faire le maximum pour servir l’Europe (...) Nous avons beaucoup, beaucoup de pain sur la planche”, a-t-il déclaré, en réaffirmant sa priorité: redynamiser l’économie européenne.Barroso avait été contraint le 27 octobre de renoncer à solliciter l’investiture de son équipe par les eurodéputés, en raison de l’hostilité d’une majorité d’entre eux à plusieurs de ses membres, dont l’Italien Rocco Buttiglione, récusé pour des positions jugées machistes et homophobes.“Le Parlement européen vient de donner un appui fort à la Commission”, s’est félicité Barroso à l’issue du scrutin. “L’Europe a besoin d’une Commission forte et d’un Parlement européen crédible. Aujourd’hui, nous les avons plus qu’hier”, a renchéri le président de l’assemblée de Strasbourg, le socialiste espagnol Josep Borrell.Il a souligné que la Commission Barroso dans son ensemble avait recueilli “66% des voix”, soit plus que ce que Barroso avait rassemblé sur son nom le 22 juillet (413 voix pour, 251 contre et 44 abstentions).“Nous pouvons nous féliciter d’avoir en peu de temps résolu une situation qui nous a tous renforcés”, a ajouté Borrell. “Trois semaines de retard, ce n’est pas la fin du monde”, a-t-il fait valoir pour minimiser la crise déclenchée fin octobre.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc