×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Barrage Al Wahda : 600 millions de Dirhams pour les expropriés

Par L'Economiste | Edition N°:65 Le 04/02/1993 | Partager

Al Wahda, lors de sa mise en service en 1997, ne sera pas seulement la plus importante réserve d'eau du Maroc. Pour la première fois, une étude d'impact a été menée. Elle permet d'évaluer les effets induits de l'ouvrage sur son environnement. Un chiffre: l'irrigation de nouvelles surfaces agricoles devrait générer la création de 30 à 40.000 emplois.

25 Millions de mètres cubes de remblais, une digue de prés de 90 mètres de haut, d'une longueur de crête de plus d'un kilomètre et demi, une capacité de retenue proche de 4 milliards de mètres cubes d'eau...; les caractéristiques du barrage Al Wahda s'affichent à la hauteur des ambitions de ce projet, parmi les plus importants au monde.

D'ailleurs, les visites du chantier organisées par le Ministère des Travaux Publics sont de circonstance. Ainsi, mardi dernier, l'autorité de tutelle réunissait sur le site pas moins de cinq ambassadeurs autour de son Ministre, une vingtaine de journalistes et mobilisait un staff technique éloquent commentant avec passion l'avancée des travaux.

Seule ombre au tableau à cette "congratulation-party", certes justifiée: un léger mouvement de protestations remarqué au passage de M. Kabbaj. En effet, une poignée d'habitants des lieux avaient décidé de saisir l'opportunité de la visite ministérielle pour manifester leur désir d'embauche sur ce chantier où oeuvrent plus de 2.000 personnes. Résultat, le volet social de l'opération a finalement damé le pion à toute autre considération. Surtout que les responsables ont mis l'accent sur les études d'impact attachées à ce chantier, une première au Maroc.

"En effet, de par l'importance de sa retenue, le projet du barrage Al Wahda entraînera des modifications sensibles, notamment au plan économique et social. Des études spécifiques ont donc été commanditées. Elles constituent d'ailleurs un précédent, aujourd'hui valable pour tous les grands chantiers du territoire", explique un responsable.

Au total, ce sont ainsi 30 à 40.000 personnes qui seront touchées de près ou de loin par les procédures d'expropriations. "Elles concernent essentiellement des fermes de moins de 5 hectares. Leurs propriétaires pourront choisir entre l'octroi de nouvelles terres ou une compensation financière", observe le directeur de l'aménagement.

Une première enveloppe de 35 millions de Dirhams a d'ores et déjà été allouée au titre d'indemnisations des bâtis et cultures touchés. En 1994, lorsque la procédure sera définitivement bouclée, 600 millions de Dirhams auront été distribués, selon la direction, au titre des diverses indemnisations. A titre indicatif, l'investissement pour le seul barrage se monte à 8 milliards de Dirhams.

"Quoiqu'il en soit, un tel projet ne peut être mené sans son lot de réactions épidermiques", commente un responsable. "Mais l'enjeu dépasse largement les quelques considérations personnelles qui peuvent apparaître", ajoute-t-il.

Effectivement, en 1996, la mise en service du barrage générera, outre une protection contre les inondations de la plaine du Gharb, l'irrigation de 100.000 hectares de terres, la production de 390 millions de Kilowatts-heure d'énergie électrique et le transfert de plus de 600 millions de mètres cubes d'eau vers les régions du Centre du Royaume. A elle seule, la production d'énergie correspond à une économie de 455 millions de Dirhams d'investissements et de 147 millions de Dirhams par an d'achats de combustibles. Quant à l'extension des superficies irriguées elle devrait générer, selon l'étude d'impact "des bénéfices évalués, aux conditions économiques de 1985", à 1,15 milliard de Dirhams par an.

En parallèle, les effets induits de l'ouvrage sur les secteurs amont et aval, notamment agricole, devraient déboucher sur la création de 30 à 40.000 emplois.

Les promoteurs du barrage signalent également la réfection du réseau routier local dans l'optique d'une meilleure accessibilité des agglomérations.

"En définitive", souligne un responsable, "le projet Al Wahda s'affirme comme une bonne affaire au plan économique. Actualisé à 12%, il devrait générer un bénéfice de 1,4 milliard de Dirhams par an avec un taux de rentabilité interne dépassant les 15%".

C.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc