×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Banques/assurances: la BMCE resigne son emprunt de 160 millions d'Euros

Par L'Economiste | Edition N°:507 Le 14/05/1999 | Partager

· Cérémonie dans la plus haute tour d'Europe à Francfort

· M. Benjelloun annonce la cession de 20% du Crédit du Maroc

· Le groupe a emprunté "parce qu'il ne voulait pas peser sur les réserves de changes"


C'est dans la plus haute tour d'Europe, celle de la Commerzbank à Francfort, qu'a été resigné (au cours d'une "cérémonie commémorative"), le vendredi 14 mai 1999, l'accord de prêt de 160 millions d'Euros, entre la BMCE et un groupe de 25 banques. En fait, comme nous l'annoncions au cours des semaines passées, l'accord technique date de la semaine précédente, le 7 mai, et a été signé à Londres dans les locaux de la Barclays. La cérémonie de Francfort était destinée à donner davantage de visibilité à l'opération.
C'est la plus grosse opération d'emprunt signé par un établissement privé marocain. Mais aussi c'est une opération que les financiers peuvent qualifier de normale, dans le sens où elle se fait sur un marché concurrentiel, sans garantie de l'Etat. Les deux gros emprunts de cette année sont les 138,7 millions d'Euros du Trésor et garanti par l'Agence Française de Développement et les 100 millions d'Euros de l'OCP signé la semaine dernière avec la BEI.

"En fait, nous n'avions pas besoin d'emprunter cet argent", expliquent les cadres de BMCE-Bank qui ont monté l'opération. "Nous avons emprunté parce que nous ne voulions pas peser sur les réserves de changes du pays", précise M. Othman Benjelloun, président de BMCE-Bank. Ensemble, ils calculent que ce détour par l'emprunt coûte 128 millions de DH supplémentaires au groupe plus quatre mois de négociations avec les différentes administrations, négociations qui n'ont pas été faciles. M. Othman Benjelloun dément que les différents ratios "tant chez BMCE Bank que chez la RMA aient été mis a mal" par l'opération. Rappelons que cette opération concerne le rachat de 67% d'Al Wataniya et 85% de l'Alliance Africaine à l'assureur français GAN (repris l'année dernière par Groupama). 25% d'Al Wataniya reste à l'étranger entre les mains de Commerzbank et d'UBP. 42% revient au Maroc, partagé entre BMCE Bank et RMA. L'emprunt en Euros correspond à ces 42%. Les 160 millions d'Euros sont mobilisés pour trois ans, ce qui divise en trois parties les sorties de devises. "Nous pouvons toujours rembourser par anticipation si cela devient possible, et en accord avec les autorités monétaires", précise M. Benjelloun. Et il ajoute: "De toute façon, il faut bien mesurer que la demande du GAN à être payé tout de suite est un droit que lui donne la loi marocaine en tant qu'investisseur étranger". Précision qu'il faut entendre sans doute comme un message aux pouvoirs publics qui auraient voulu mettre des obstacles à la vente.

Piqué sur la question du désinvestissement étranger que provoque de fait la vente par le GAN, M. Benjelloun répond que les opérations qu'il a déjà faites cette année ou qu'il a programmé "couvrent largement cette sortie de capitaux". Il cite la reprise par Ciment Français-Italcimenti des participations de la SNI dans Ciment du Maroc réalisée en avril. Il annonce aussi la vente de 20% de capital du Crédit du Maroc. " Ce placement sera fait d'ici l'été et sera divisé entre plusieurs investisseurs, notamment des investisseurs arabes, de manière à ne pas perturber les axes stratégiques de sa maison mère, le Crédit Lyonnais". Le président Benjelloun annonce qu'il y aura d'autres opérations et laisse entendre qu'elles se dérouleront de préférence avec des investisseurs étrangers. Lui-même et ses hommes sont un peu vexés que les pouvoirs publics revendiquent comme la leur l'idée d'amener le groupe à céder des participations: "C'est nous qui l'avons décidé, proposé et mis en oeuvre", disent-ils.


25 banques prêteuses


Il y a quatre niveaux différents parmi les 25 banques impliquées dans l'opération.
· "Arrangers": ce sont les banques leaders qui ont fait une prise ferme puis ont replacé une partie:
BNP, Barclay's Capital, Citybank et Commerzbank Aktiengesellschaft (chef de file qui conserve en outre 25% des parts d'Al Wataniya. Notons que Commerzbank a une part du capital et un siège d'administrateur dans la BMCE).
· "Co-Arrangers":
Natexis Banque-BFCE, Arab Banking Corporation, Arab Investment Compagny S.A.A., British Arab Commercial Bank, Crédit Lyonnais, Dresdner Bank-Luxembourg, Emirates Bank International, RZB-Austria et WestMarchant
· Lead Manager:
Bank Brussels Lambert, National Bank Of Kuwait-International, Paribas et UBAF.
· Participants:
Bank Austria Créditanstalt International, Bayerishe Landesbank Girozentrale, Uni Crédito Italiano, DG Bank, Erste Bank der Osterreichischen Sparkassen, KBC Bank n.v., Ladesbank Schleswisg-Holstein International et WGZ-Bank.

Nadia SALAH


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    marea[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc