×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

BAM: Le taux directeur inchangé

Par L'Economiste | Edition N°:3367 Le 22/09/2010 | Partager

. L’inflation reste maîtrisée à l’horizon du 4e trimestre 2011. L’international, source d’inquiétudeLe taux directeur restera inchangé pour au moins les trois prochains mois. Comme nous l’annoncions dans notre édition du 20 septembre, le Conseil de Bank Al-Maghrib, qui a tenu sa réunion trimestrielle, hier mardi 21 septembre, a finalement opté pour son maintien au niveau actuel de 3,25%. Cette décision a été, en partie, motivée par une stabilité des prix des matières premières. En effet, «l’inflation est restée modérée, du fait de l’absence de pressions significatives émanant de la demande interne et du niveau bas de l’inflation chez les principaux partenaires extérieurs», est-il soutenu au sein de la banque centrale. D’ailleurs, celle-ci est revenue, en glissement annuel, de 1,1% en juillet à 0,6% en août. En revanche, l’inflation sous-jacente, qui reflète la tendance fondamentale des prix, s’est stabilisée autour de 0,4% au cours des quatre derniers mois après s’être établie à 0% depuis la fin de 2009. Les prix à la production industrielle, pour leur part, ont augmenté de 6,4% en juillet, mais cette évolution dépend des cours sur les marchés internationaux. Justement, sur le plan international, les incertitudes persistent pour l’institut d’émission. Lesquelles sont, principalement, liées «aux conditions encore contraignantes d’octroi du crédit et au niveau élevé du chômage dans les économies avancées». Au niveau national, l’évolution est meilleure. Le redressement de la croissance des secteurs non agricoles se confirme, depuis le quatrième trimestre de 2009. D’ailleurs, malgré le recul de la valeur ajoutée agricole, la croissance globale se situerait près de 4% pour l’ensemble de l’année 2010. Concernant la situation des liquidités, l’analyse des conditions monétaires montre la poursuite de la croissance modérée de M3, avec un rythme de 6,3% en glissement annuel, après une moyenne de 6,5% au cours du deuxième trimestre 2010. «Dans ces conditions, l’excédent monétaire se maintient à un niveau quasiment nul», soutient le Conseil. De son côté, le rythme de progression du crédit bancaire, bien qu’en ralentissement chronique, demeure soutenu à 11,6%.Compte tenu de ces éléments, la prévision centrale de l’inflation demeure proche de celle relevée au second trimestre. «En moyenne, l’inflation devrait être de l’ordre de 1% en 2010 et avoisiner 2% sur l’horizon de prévision des six prochains trimestres». Au terme de cet horizon, soit le quatrième trimestre 2011, l’inflation sous-jacente devrait également rester modérée, ne dépassant pas 2%. De fait, le maintien du taux à son niveau actuel est pleinement justifié.M.A.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc