×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Balance commerciale à fin octobre : Le taux de couverture tombe à 53,3%

Par L'Economiste | Edition N°:68 Le 25/02/1993 | Partager

Le déficit commercial à fin octobre 1992 s'est aggravé de 26,1%. Cette aggravation provient notamment d'une forte progression des approvisionnements alimentaires. Les importations de blé ont doublé d'une année à l'autre sous l'effet de la sécheresse.

Les échanges commerciaux avec l'étranger ont atteint fin Octobre un montant global de 78,4 milliards de DH, contre 77,9 au titre de la même période de 1991, soit une progression de 0,6%.

Les importations se sont élevées à 51,1 milliards de DH, contre 48,4 milliards un an auparavant, enregistrant une hausse de 5,6%. Les exportations, elles, ont régressé de 7,5% à 7,2 milliards.
Le déficit commercial à fin Octobre s'est donc établi à 23,8 milliards de DH, soit une aggravation de 26,1%. Le taux de couverture des importations par les exportations s'est inscrit en baisse de 7,6 points, passant de 60,9% en janvier-octobre 1991 à 53,3% sur la même période de 1992.

L'augmentation des approvisionnements en denrées alimentaires explique en grande partie la hausse des importations. Pour un volume en progression de 52% (près de 3 millions de tonnes contre environ 2 millions en 1991), les achats de denrées alimentaires à l'étranger ont atteint 6 milliards de DH, soit un accroissement de 46,2%. Ils ont été tirés par les approvisionnements en céréales (+88,4% à 2,6 milliards de DH) qui représentent 44% du total alimentaire importé. Sur ce total, 36% ou 2,1 milliards de DH correspondent aux achats de blé, qui ont doublé en valeur d'une année à l'autre.

Les importations de sucre, de produits laitiers et de lait en progression de 58,5, 49,8 et 32,6% respectivement ont atteint des montants de 389,6, 375,3 et 273,2 millions de DH.

Concernant les produits énergétiques et lubrifiants, le Maroc a acheté durant les dix premiers mois de 1992, l'équivalent de 7,5 milliards contre 7,3 milliards en 1991, ce qui représente une hausse de 3%. Selon les statistiques de l'Office des Changes, l'augmentation de 13,5% à 6,3 milliards de DH enregistrée au niveau des acquisitions d'huile brute de pétrole est à l'origine de cette évolution. Celle-ci aurait pu être plus importante si les importations de houille, de gazoil, de gaz de pétrole et de paraffine, entre autres, n'avaient pas régressé.

En dépit des baisses affichées au niveau du coton (- 14,2%), de la pâte à papier (-42,2%) et des graines à ensemencer (-12,2%), les approvisionnements en produits bruts d'origines animale et végétale ont augmenté de 7,7% à 34 milliards. Cette augmentation découle principalement de celles enregistrées par les graines fruits oléagineux (+128,8% à 193,3 millions de DH), les bois bruts (+22,8% à 1,3 milliard) et des laines et poils (+17,3% à 83,4 millions).

Les importations de produits bruts d'origine minérale ont chuté de 16,2% pour atteindre 2,1 milliards de DH et ce, malgré une hausse de 10,2% en volume. Cette baisse provient des importations de soufre brut qui ont fléchi de 23% à 1,3 milliard de DH.

Pour les demi-produits, qui ont représenté 23,8% du total importé, les achats ont accusé un recul de 3,1 % à 1,2 milliard de DH. Ce recul découle des baisses enregistrées au niveau des fers et aciers en bloom (-19,9%), des produits chimiques (-8,6%) des engrais naturels et chimiques (-34%) et des accessoires, tuyauteries et constructions métalliques (-50,7%).

Les importations de biens d'équipement ont atteint 13,9 milliards de DH contre 12,7, en hausse de 9,5%, et ce, en dépit d'une baisse de 40,1% à 349,3 millions de DH des achats de biens d'équipement agricoles. Les achats de biens d'équipement industriel, eux, ont progressé de 11,9% à 12,1 milliards.

Les acquisitions de biens de consommation enfin ont marqué une légère augmentation de 1,2%, totalisant 5,9 milliards de DH.

Au niveau des exportations, les dix premiers mois de 1992 ont été marqués par une dépréciation de 6,3% du prix moyen à l'export, soit 2.041 DH la tonne contre 2.178 sur la même période de 1991. Les exportations hors phosphates et dérivés ont affiché une régression de 5,3% à 21,2 milliards de DH. Celles des phosphates et dérivés se sont inscrites en baisse de 13,3% à 7,1 milliards pour un volume en accroissement de 1,3% à 10,2 milliards de tonnes. Le recul du chiffre d'affaires de l'OCP est dû au fléchissement de l'acide phosphorique (-13%), des engrais (- 16,9%) et des phosphates de roche (-9,1%)

Les expéditions de produits alimentaires, qui correspondent à 24,3% du total exporté, ont baissé de 14,7% à 6,6 milliards. Cette tendance a été provoquée notamment par le recul des agrumes (-32,5%), du poisson frais (33,6%), des pommes de terre (22,6%) et des jus de fruits et légumes (-59,5%). Les ventes à l'étranger de produits énergétiques se sont stabilisées à 757,5 millions pour un volume en hausse de 25%

Tirées par l'huile d'olive, le liège, la pâte à papier et les plantes, les exportations de produits bruts d'origine animale et végétale ont crû de 2,2% à 925,7 millions de DH.

Pour un volume en diminution de 7,8%, les expéditions de produits miniers hors phosphates ont connu un accroissement de 6,5% passant de 828,3 millions de DH à 882,5. Cet accroissement a concerné entre autres le minerai de cuivre (+62,5%) et le minerai de cobalt (+34,9%).

Les demi-produits, autres que les dérivés de phosphates, sont tombés de 1,9 à 1,8 milliard, soit une baisse de 2,8%. Cette rubrique a été marquée par des évolutions divergentes: baisse du plomb et de l'argent bruts (-11,2% et -44,1% respectivement) et accroissement des exportations de bois (+71,2%), des fils de coton (+28,2%) et des huiles volatiles (+18,5%).

Les biens d'équipement, eux, sont restés stables à 1,2 milliard de DH. Leur volume, en revanche, s'est inscrit en baisse de 22,6% à 16,1 millions de tonnes.

Pour les biens de consommation enfin, les expéditions, qui ont représenté 28,5% du total exporté à fin octobre, se sont stabilisées à leur niveau de 1991, soit 7,7 milliards de DH.

Hakima EL MARIKY

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc