×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

BAD: Un prêt de 12,5 millions de dollars à Managem

Par L'Economiste | Edition N°:1537 Le 11/06/2003 | Partager

. La production de l'or de la mine de Tiawa est programmée pour le deuxième semestre 2004Une première. La Banque Africaine de Développement (BAD) s'engage aux côtés d'une entreprise privée dans un projet minier. Elle vient d'octroyer 12,5 millions de dollars au groupe minier marocain Managem, pour l'exploitation de la mine d'or Samira Hill-Libiri. Ce gisement à ciel ouvert est exploité dans la région de Tiawa, au sud-ouest du Niger, conjointement par Semafo (40%), la filiale canadienne de Managem, et sa consoeur Etruscan (40%) aux côtés du gouvernement nigérien (20%). L'investissement global est estimé à 27 millions de dollars. L'emprunt de la BAD concerne la construction de l'usine de transformation du minerai d'or et de la lixiviation du charbon. Le reliquat sera financé par un prêt contracté auprès d'une autre banque et une partie assurée en autofinancement. «Les travaux de construction sont prévus pour les prochaines semaines», a souligné Rachid Benyakhlef, PDG de Managem. Selon lui, «la production, qui sera destinée à l'export, est attendue pour le deuxième semestre de l'année 2004». La production annuelle est estimée en moyenne à 3,2 tonnes d'or avec toutefois un extrême haut de 4,4 tonnes pour la première année. La signature de l'accord de prêt par Mostafa Hammoud, DG de l'international Managem et administrateur de Semafo, a eu lieu le lundi 9 juin 2003 dans les locaux de Managem à Casablanca. L'emprunt est remboursé sur une période de 6,5 ans, avec un délai de grâce d'un an et demi pour financer l'achat de l'équipement importé pour la mine. «Le spread est assez bas puisqu'il n'intègre pas le risque pays», a précisé Luciano Borin, directeur secteur privé de la BAD. Ce sont, a-t-il poursuivi, «la solidité financière et la notoriété dont jouit Managem ainsi que la stabilité politique et les performances économiques du Maroc qui ont dicté notre engagement». En fait, a noté Benyakhlef, «le recours aux financements de la BAD s'inscrit beaucoup plus dans une logique de partenariat stratégique que dans une relation d'affaires». D'autres projets seront lancés par Managem sur le continent africain et la BAD est «prête à les financer», a précisé Borin. Selon lui, «plusieurs projets internationaux entrepris par des entreprises marocaines sont en cours d'étude pour en assurer le financement à des conditions intéressantes». La garantie apportée par Managem à la BAD est constituée par sa participation dans Semafo à hauteur de 53%. «Il s'agit d'une garantie d'achèvement, explique Benyakhlef, qui porte sur l'exploitation effective de la mine. Rappelons dans ce registre que la capitalisation boursière de Semafo, société cotée à la Bourse de Toronto, est actuellement de 25 millions de dollars US.Par ailleurs, les responsables de la BAD ont tenu à souligner que leur engagement auprès de Managem revêt aussi un caractère de «soutien au développement de l'économie du Niger». Selon Borin, «tout en ayant un retour sur investissement assez élevé, le projet aidera à renforcer le processus de diversification de l'économie du Niger, produira des devises étrangères et permettra le développement accéléré des secteurs ruraux de la région de Tiawa».Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc