×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Aviculture: La Belgique se débat dans une histoire de contamination

    Par L'Economiste | Edition N°:518 Le 31/05/1999 | Partager

    · Tous les poulets et oeufs infestés par des dioxines retirés des marchés belge et français
    · L'affaire prend une tournure politique


    Tempête dans les assiettes européennes. Une contamination de poulets belges par des dioxines présentes dans des lots de graisse animale utilisés comme nourriture pour volaille vient d'être révélée. Ce lot de graisse animale incriminé aurait été livré à neuf fabricants d'aliments pour animaux en Belgique, un fabricant en France et un aux Pays-Bas.
    A la fin de la semaine dernière, le Ministère de la Santé à retiré de la vente en Belgique tous les poulets et oeufs de production belge. Les autorités françaises, tout en minimisant l'incident, ont emboîté le pas à leurs homologues belges et ont à leur tour retiré ces produits du marché. Pour sa part, le ministre allemand de l'Agriculture a lancé une mise en garde contre la consommation des poulets et oeufs en provenance de ce pays. L'origine exacte de la contamination elle-même n'est pas encore connue, et du coup, rumeurs et spéculations vont bon train. Le Parquet de Grand, au Nord-Ouest de la Belgique, a d'ailleurs ouvert une enquête.
    Au même moment, les ministres européens de l'Agriculture ont décidé d'inscrire à l'ordre du jour de leur réunion, aujourd'hui mardi 1er juin, qui se tient à Dresde, des discussions à propos de cette affaire.
    En Belgique, c'est un nouveau front qui est ouvert contre le gouvernement. A 15 jours des élections législatives dans ce pays, cette affaire prend une tournure politique avec des appels à la démission des ministres de l'Agriculture et de la Santé, en raison des délais mis par les autorités à informer la population.
    Les libéraux flamands du VLD, parti de l'opposition, ont ouvert les hostilités, en réclamant la démission des deux ministres et la création d'une commission d'enquête parlementaire après le scrutin du 13 juin. Même son de cloche chez les formations écologistes.
    Réagissant à ces propos, le Premier ministre belge Jean-Luc Dehaen les a mis sur le compte d'une "atmosphère un peu électorale". Mais il a toutefois ajouté qu'"il faudra voir si effectivement toutes les procédures ont été suivies correctement". Aussi a-t-il convoqué le ministre de l'Agriculture Karel Punxten et son homologue de la Santé Publique, Marcel Colla, leur demandant de lui fournir "un rapport complet" sur cette affaire.
    Par ailleurs, des analyses concernant des porcs qui auraient pu également ingérer des aliments incriminés "sont encore en cours". Une fois les résultats connus, "toutes les exploitations porcines éventuellement contaminées seront placées sous surveillance", a indiqué le ministre de l'Agriculture belge.
    A préciser que cette affaire remonte à la fin du mois de mars. Alertés alors de problèmes survenus dans plusieurs élevages de volailles, les services du Ministère de l'Agriculture belge diligentent une enquête qui révèle, fin avril, que ces problèmes sont dus à l'utilisation d'un lot de graisse animale contenant des "taux de dioxine anormalement élevés". Après enquête le Ministère apprend que le lot de graisse contaminée a été livré en Belgique, en France et aux Pays-Bas. Les autorités françaises et néerlandaises ont alors été informées, précise le Ministère de l'Agriculture belge.


    La dioxine: Un polluant cancérigène


    La dioxine est un polluant très toxique, classé cancérigène. C'est un sous-produit involontaire formé à la suite de réactions chimiques. Il rentre notamment dans la composition de nombreux herbicides et le trichlorophénol. Des experts considèrent que les dioxines sont surtout un puissant dérégulateur hormonal qui provoque des effets toxiques divers sur la reproduction, l'immunité et le système nerveux. L'une des dioxines les plus répandues (la TCDD) est réputée par son pouvoir de séjourner dans l'organisme plus de 30 ans.

    Abdelaziz MEFTAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc