×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Automobile: Plus de 10.000 voitures particulières vendues à fin avril

Par L'Economiste | Edition N°:515 Le 26/05/1999 | Partager

· Le marché enregistre une hausse de 34%

· Le CKD continue sa progression

· Le maillot jaune toujours pour Peugeot

L'embellie se poursuit pour le secteur automobile. Le marché reprend ainsi du poil de la bête dans un environnement fortement concurrentiel. Repositionnement des prix, extension des gammes, actions marketing et de communication... Désormais, les constructeurs se plient à la règle de la séduction, cette nouvelle manière de vendre!
Ainsi, pour les quatre premiers mois de l'année, et selon les statistiques de l'AIVAM, tout segment confondu (voitures particulières et véhicules utilitaires légers), le marché aura évolué de près de 34% (14.296 contre 10.663). Sur ce volume, 10.251 voitures particulières ont été mises en circulation (contre 7.338 un an auparavant), enregistrant une évolution de près de 40%.
De leur côté, les voitures importées à l'état monté (CBU) affichent 5.926 transactions, soit une progression de 38% par rapport à la même période de l'année dernière.
Tenant dur comme fer à leur position, les Françaises maintiennent leur rythme de croisière et occupent toujours les premiers rangs. En tête, Peugeot continue à flirter avec les bons scores et engrange 1.336 transactions (+42%). Citroën, la seconde marque de Sopriam, affiche la plus forte évolution avec des ventes passant de 9 à 308 unités.

Occupant le deuxième rang des transactions (1.051), Renault réalise une montée en flèche de 70%. Le constructeur japonais Honda se maintient à la troisième place (+44%). Avec 529 cessions, Toyota enregistre une hausse de 10%, ce qui lui vaut d'occuper le quatrième rang. D'autres marques arrivent à déclencher la dynamique. Il s'agit notamment de Ssangyong avec une très forte hausse de 136%, de Mercedes (+95%) ou encore de Audi (+80%).
Au rang des malheureux, Opel voit ses ventes chuter de 58%, tandis que Ford et Mitsubishi reculent respectivement de 31 et 20%. De même pour Volkswagen qui affiche une baisse de 10%. Du côté des voitures montées localement, la tendance à la hausse est aussi au rendez-vous. Pour les quatre premiers mois, les ventes de la voiture économique se sont élevées à 4.325 unités, affichant ainsi une progression de l'ordre de 42%.
A signaler que sur le segment du CBU, le constructeur italien a retroussé ses manches, en multipliant par un peu plus de six fois et demie ses ventes: à fin avril, 87 Fiat ont trouvé preneur contre 13 unités un an auparavant (+569%).
Des points sont également marqués du côté des VUL (Véhicules Utilitaires Légers): 4.045 contre 3.325 à la même date de 1998 (+22%). Les meilleures performances sont réalisées par les VUL importés montés qui enregistrent une progression de 52%. Ceux montés localement, en revanche, affichent une évolution moins importante (+9%). A ce niveau, Citroën voit ses ventes bondir de 86%. En revanche, sa consoeur Renault marque le pas. Ses ventes reculent de 13%.
Meriem OUDGHIRI


La part du lion pour Casablanca


· Quatre villes concentrent plus de 78% des immatriculations de voitures neuves

· Le montage local prend plus d'importance dans les provinces

C'est somme toute logique, Casablanca enregistre le plus gros des immatriculations de véhicules sur les quatre premiers mois de l'année. Selon les statistiques de l'AIVAM (Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montées), la capitale économique, avec plus de 4.715 véhicules, draine près de 46% du total des immatriculations de voitures de tourisme. Rabat-Salé, qui arrive en deuxième position, est loin derrière avec 19,1% des transactions et 1.961 véhicules.
Malgré tous les efforts des concessionnaires pour délocaliser leurs ventes, les véhicules neufs tardent encore à investir les régions. Ainsi, quatre grandes villes du pays (Casablanca, Rabat-Salé, Agadir et Marrakech) regroupent plus de 78% des ventes totales de véhicules de tourisme.
Les parts des autres villes restent assez marginales. Fès, une grande métropole d'un million et demi d'habitants, réalise moins de 4,3% des ventes. De même, Tanger, la ville du Détroit, n'enregistre que 393 transactions, soit moins de 3,8%. Au bas de la liste, figure Errachidia qui n'a eu en tout et pour tout qu'une seule transaction sur les quatre premiers mois de l'année et c'est une Renault. Mal loties également, viennent Settat, Nador et Safi avec respectivement 24 cessions et 33 ex aequo pour les deux dernières.

A travers les chiffres, une autre remarque s'impose. Les ventes de voitures importées s'essoufflent à mesure qu'elles s'éloignent du centre économique. Elles cèdent donc le pas aux voitures montées localement. Pouvoir d'achat oblige, la voiture économique séduit beaucoup plus en province. Sur les 48 voitures vendues par exemple à Laâyoune, plus de 80% sont des Fiat montées localement. A l'extrême Nord, les Tétouanais ont choisi 84 voitures en CKD sur un total de 136.
Mais c'est assurément Casablanca qui reste l'arène des joutes feutrées entre les différents concessionnaires. Si Fiat a écoulé 1.681 unités à fin avril, la véritable bataille s'opère sur le segment du CBU (voitures importées montées à l'état neuf). Comme dans la répartition des ventes totales, Peugeot s'adjuge le premier rang avec 670 unités vendues. Sa dauphine Renault la talonne de près avec 519 voitures écoulées. Même shéma pour Honda qui se maintient sur la troisième marche du podium (314 véhicules vendus).
Les mêmes remarques prévalent pour les immatriculations de véhicules utilitaires légers. Ainsi, sur les 4.045 voitures vendues depuis le mois de janvier, près de 37,1% sont à mettre à l'actif de Casablanca. En revanche, Agadir prend plus d'importance sur ce marché et s'octroie plus de 12,1% des ventes. Elle suit de près Rabat-Salé (14,2% d'immatriculations).

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc