×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Automobile : La chute des transactions continue en Octobre

    Par L'Economiste | Edition N°:56 Le 03/12/1992 | Partager

    Le volume des transactions automobiles enregistrées au titre d'Octobre 1992, ne dépasse guère les 1.350 véhicules répartis entre 914 voitures particulières et 436 voitures commerciales, soit en valeurs relatives 68% (V.P) et 32% (V.C). Ce volume s'est élevé en Octobre 1991 à1.834 véhicules dont 1.167 voitures particulières et 667 voitures commerciales, soit respectivement 64% (V.P) et 36% (V.C).

    Il y a donc un net recul des ventes, sans pour autant qu'il n'y ait une grande modification au niveau de leur structure.

    Le volume des transactions automobiles, toutes catégories confondues, cumulé de Janvier à Octobre 1992, dénote également un recul, celui-ci est de 20,83% par rapport à la même période en 1991. En valeurs absolues, ce volume est passé de 16.625 véhicules en 1991 à 13.162 en 1992. Cette baisse est plus accentuée pour les marques Peugeot, Fiat et Citroën, qui enregistrent respectivement des taux de :26,56, 24,49 et 21,98%. Elle l'est moins pour Isuzu : 17,71% et pour Renault: 6,18%.

    La baisse concerne aussi bien les voitures particulières que les voitures commerciales. Mais les premières, avec un chiffre de 8.713, continuent de dépasser les secondes qui n'atteignent que 4.449 transactions. Ainsi, les maisons Renault et Peugeot ont vendu plus de voitures particulières que de voitures commerciales, soit 4.312 contre 1.535 pour Renault et 3.162 contre 722 pour Peugeot.

    La diminution des ventes de Peugeot se répartit entre celle des voitures particulières ayant reculé de 4.349 unités en 1991 à 3.162 en 1992, et celle des voitures commerciales ayant baissé de 940 à 722 unités.

    Le ralentissement des ventes de Renault s'explique essentiellement par la réduction des ventes des voitures commerciales de 2.001 à 1.535 unités. Le volume cumulé des voitures particulières est maintenu pratiquement au même niveau.

    En revanche, Citroën réalise une part de marché plus grande dans la vente des voitures commerciales que dans celle des voitures particulières, soit 1.632 contre 345 véhicules. La baisse d'immatriculation de Citroën est imputable essentiellement aux voitures particulières dont le volume des ventes a baissé de plus de la moitié passant de 867 à 345 voitures.

    Par ailleurs, Isuzu spécialisé dans la vente des voitures commerciales, Fiat dans celle des voitures particulières et Land Rover dans celle des 4x4 enregistrent respectivement des reculs: de 367 à 302, de 1.184 à 894, et de 275 à 258 unités en volume cumulé de vente. C'est ce qui ressort des statistiques présentées par L'A.M.I.C.A.

    S'agissant des immatriculations de voitures importées, les derniers chiffres disponibles, ceux de Mai dernier, témoignent respectivement, pour les voitures particulières et les voitures commerciales, d'une progression de 48 à73 et de 65 à 81 unités par rapport à Mai 91. Pendant cette même période (Mai 91 - Mai 92), les voitures particulières réimmatriculées ont augmenté de 662 à 3.980 unités.

    F.K

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc