×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Automobile: L’homologation qui fâche

Par L'Economiste | Edition N°:2735 Le 14/03/2008 | Partager

. Les frais passés de zéro à 50.000 DH!. Petits importateurs, les plus touchés Après le feuilleton de la LOA, c’est au tour des homologations de voitures particulières de défrayer la chronique! En effet, depuis le 1er janvier 2008, les importateurs et constructeurs de voitures de tourisme devront s’acquitter de 50.000 DH pour chaque type de véhicule homologué. «Une opération censée caractériser de manière détaillée un véhicule importé, sur la base de documents du constructeur», précise Noureddine Dib, responsable au Centre national d’essais et d’homologations de véhicules (CNEH). Aujourd’hui, tout concessionnaire-importateur devra débourser 50.000 DH en plus de droits de timbres (2.000 DH). Au Centre d’homologations, l’on tient à nuancer: «Cette mesure s’applique aux homologations par type, une fois par modèle et à vie», précise Noureddine Dib, directeur au CNEH. «Ce sont des recettes en plus pour l’Administration qui seront réinjectées pour améliorer la sécurité», tient à souligner le directeur du centre qui minimise l’impact de cette disposition sur les concessionnaires et le client final. En revanche, pour de nombreux importateurs, cette nouvelle mesure va inéluctablement porter un coup à leur activité. Elle risque aussi de se traduire par un surcoût auprès de la clientèle, ajoutent-ils. Evidemment, pour les voitures homologuées avant le 1er janvier, le problème ne se pose pas. Mais pour celles importées en 2008, la mesure risque d’avoir un impact négatif sur la trésorerie des petits importateurs qui ont des gammes de voitures assez limitées. Il en est de même pour les importateurs dits spécialistes qui opèrent dans le Premium et le très haut de gamme. Car pour chaque type de véhicule, chaque version et motorisation (moteur-boîte de vitesse-carrosserie), il va falloir débourser 50.000 DH. Les généralistes, eux, se disent un tant soit peu moins lésés. «Ils réalisent du volume d’un point de vue commercial. Du coup, ils pourront toujours répercuter cette charge imprévue sur le nombre d’unités écoulées», estime un distributeur. En tout cas, l’une des premières conséquences de cette mesure, sur le parc roulant, est qu’elle réduira la diversification des gammes et modèles, estiment déjà des opérateurs.L’on va de moins en moins s’offrir le luxe de diversifier les gammes ou importer une limousine, une série spéciale, personnalisée...


Procédure

C’est à partir de cette opération administrative qu’est l’homologation que l’on caractérise la puissance fiscale (chevaux), le PTC (poids total en charge), la nature des équipements et autres options… En fait, toute mise en circulation d’un véhicule sur la voie publique est soumise à l’obtention d’un certificat d’homologation. Une procédure qui se fait sur la base de documents constructeurs, de catalogues et spécifications techniques. En plus clair, il s’agit d’une harmonisation des documents du véhicule selon les spécifications du pays où il sera mis en circulation. Il y a deux types d’homologations: à titre isolé par un particulier qui importe un véhicule non disponible, et l’homologation dite par type, effectuée par les importateurs. Pour les particuliers souhaitant homologuer un véhicule à titre isolé, la procédure veut que l’on s’adresse au Centre national d’homologations (relevant du département du Transport) le plus proche muni de la carte grise du véhicule et de documents fournis par le constructeur. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc