×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Attention, chien “dressé”!

Par L'Economiste | Edition N°:2321 Le 18/07/2006 | Partager

. Des centres spécialisés plus nombreux. Le besoin de sécurité crée un nouveau marchéA Casablanca, comme dans toutes les métropoles mondiales, l’insécurité guette. Cambriolages, vols à l’arrachée et autres petits délits deviennent choses courantes dans la capitale économique. Un créneau qui depuis le 16 mai séduit de plus en plus de sociétés de sécurité aujourd’hui. Industriels et particuliers investissent de plus en plus dans l’achat et le dressage de chiens de garde. Ainsi, pour pouvoir protéger leurs maisons de toute agression ou vol éventuel, les particuliers achètent des chiens et les éduquent dans des clubs de dressage, mais le coût d’entretien a de quoi refroidir leurs ardeurs. En effet, le prix d’achat moyen d’un chien de race oscille entre 1000 et 3000 DH, et il faut ajouter à ce dernier environ 4000 DH par an pour pouvoir entretenir l’animal quotidiennement et le nourrir. Sans oublier la vaccination qui coûte environ 500 DH par an. Enfin, le dressage du chien en lui-même revient à 1200 DH l’année. Faites le compte !Casablanca compte actuellement deux principaux centres de dressage: le club de dressage de chiens de Bouskoura et le club de la section canine du Club Amical Français (CAF). Ceux-ci sont notamment affiliés à la Société Centrale Canine Marocaine (SCCM), créée en 1934, et suivant la réglementation française. L’objectif de ces centres est de former les chiens à l’obéissance, à l’agilité et surtout à la défense. A chacune de ces trois sections correspondent des exercices spécifiques et bien déterminés. Le chien, âgé de 6 mois au minimum, apprend en l’espace de 3 mois la discipline et l’agilité, mais il a besoin d’au moins un an et demi pour pouvoir maîtriser l’attaque et la défense. Pour se perfectionner, il faudrait 4 années. « Nous avons de nombreuses races de chiens, mais les plus courantes sont les bergers allemands, les bergers belges, les rottweilers et les malinois », souligne Mustapha Andjar, dresseur de chiens au CAF depuis plus de 10 ans.Il ajoute que les chiens peuvent améliorer leur niveau en passant des «ring», épreuves comparables aux «Dan» pour les sports de combat ou aux «galops» pour l’équitation. Le premier stade est appelé le CAT, ensuite l’animal peut accéder à des niveaux plus élevés tels que le brevet et le ring 1. Le ring 3 est le grade le plus élevé au Maroc. «Tout cela montre que le dressage de chiens est pratiqué non seulement pour se protéger de l’insécurité, mais aussi pour la beauté du sport», tient à signaler le dresseur professionnel. En effet, l’on dénombre pas moins de quinze figures différentes à exécuter sur le «ring de travail», toutes réparties suivant les trois sections citées précédemment. Certaines d’entre elles sont impressionnantes, mais ne représentent aucun danger pour le dresseur, qui joue ici le rôle du voleur. Celui-ci est en effet protégé par une combinaison épaisse qui le défend efficacement contre les morsures de l’animal. Dans la section «Discipline», le chien apprend à marcher auprès de son maître, à se coucher, à obéir à des ordres simples puis à des ordres à distance. Dans la section «Agilité», l’animal apprend à sauter des obstacles ou encore à se faufiler dans des tunnels. Mais c’est la section «Attaque» qui est la plus impressionnante et d’où émane tout le côté sportif. Avec les exercices «défense du maître» ou encore «recherche», le chien doit protéger son maître d’une attaque par l’arrière ou encore localiser les voleurs «cachés» dans le ring, signaler leur présence et les immobiliser. «Il ne faut jamais battre son chien, sinon ce dernier aura un comportement craintif envers son maître. Il faut de plus toujours moduler le ton et la voix du dresseur selon que l’on doit punir ou récompenser l’animal. Le chien et l’homme doivent fusionner, créant alors une complicité parfaite» explique El Madani Fakih, client et passionné du dressage depuis des années.Le chien doit donc être perçu comme un protecteur fidèle de son maître, et non pas comme une machine à tuer, comme cela est le cas dans certains quartiers périphériques de Casa où l’on dresse illégalement des pitbulls. Ces chiens dangereux sont destinés aux combats qui se déroulent généralement de nuit. D’autres sont utilisés à très mauvais escient. Leurs propriétaires s’en servent pour agresser les personnes dans la rue.


Des figures étonnantes

Les chiens dressés peuvent réaliser des exercices et des figures très étonnantes sur le terrain d’entraînement, appelé aussi le « Ring de travail ».Dans la section “Discipline”, un exercice portant le nom de “minute d’absence“ consiste pour le chien à rester en position couchée au sol sans bouger jusqu’à ce que son maître revienne le récupérer. Autre exercice amusant, le “refus d’appât”. En l’absence de son maître, le chien doit refuser toute nourriture qui lui sera offerte ; exercice notamment très efficace pour lutter contre l’empoisonnement des chiens. Dans la section “Agilité”, l’animal est entraîné à sauter des palissades, des haies et des barrières. Certaines palissades mesurent près de 3 mètres de hauteur, et un berger allemand moyen mesure environ 70 centimètres de hauteur. L’animal saute alors plus de 3 fois sa taille, mais est autorisé à utiliser ses pattes pour se faciliter la tâche. C’est la section “Attaque” qui présente les figures et les exercices les plus impressionnants. Par exemple, au cours de l’exercice “de recherche”, le chien est lâché dans le ring par son maître, puis effectue à une vitesse vertigineuse le tour du terrain jusqu’à ce qu’il repère le “voleur” caché derrière un obstacle. Le chien se positionne alors sous ce dernier, et l’immobilise en se servant de sa tête et de son corps tout entier. Si le soi-disant “imposteur”, qui n’est autre que le dresseur lui-même, effectue un mouvement suspect ou tente de s’enfuir, le chien réagit immédiatement et l’attaque violement, jusqu’au signal d’arrêt de son maître…Karim Agoumi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc