×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Attentats de Casablanca
Secousses au PJD

Par L'Economiste | Edition N°:1539 Le 13/06/2003 | Partager

. Le président d'Al Islah Wa Atawhid, association proche du PJD, a démissionné de son poste. La décision est interprétée comme une réponse aux attaques essuyées par le partiLa pression post-attentats sur le PJD commence à produire ses premiers effets. Le Dr Ahmed Raissouni a démissionné de son poste de président de l'association Al Islah Wa Atawhid (réforme et unification). C'est Mohamed Hamdaoui qui l'a remplacé à la tête de cette association très active dans les rangs du PJD. Officiellement, cette démission vient comme conséquence à la publication d'une interview dans un journal où Raissouni aurait remis en cause le titre de Commandeur des croyants au Souverain. L'ex-président réfute cette accusation. Il reproche à l'auteur de l'interview d'avoir déformé ses propos. Pire, Raissouni n'a pas pu valider le texte avant sa publication comme cela a été convenu avec le journaliste. C'est du moins ce qui ressort d'un communiqué du bureau exécutif de l'association rendu public. Ce document explique les conditions et les données prises en compte pour justifier cette démission.Pour l'heure, la démission du Dr Raissouni est interprétée comme une réponse directe aux attaques essuyées par le PJD ces derniers temps. Leurs adversaires ont exploité cette sortie malheureuse de Raissouni pour asséner d'autres coups dans un contexte politique marqué par les attentats du 16 mai de Casablanca, qui ont fait 43 morts. Depuis ces évènements tragiques, le PJD est montré du doigt. Il a fait l'objet de critiques virulentes ici et là et subi des pressions de toutes parts. Cette campagne est allée plus loin au point que des dirigeants politiques ont demandé au PJD de faire son autocritique et de présenter des excuses publiques au peuple marocain. Le dernier en date à l'avoir fait est Mohamed El Yazghi, numéro deux de l'USFP, lors d'une émission de télévision. Depuis, les critiques formulées par les amis d'El Yazghi à l'encontre du PJD se sont adoucies. D'ailleurs, des observateurs ont relevé que le discours parlementaire du PJD a perdu en tonalité. Leur voix est devenue presque inaudible en commission, souligne un député. En tout cas, l'évolution que prennent les choses laissent pressentir le début d'une normalisation qui s'opère après une période de diabolisation. Rappelons que Mohamed Al Khaldi, membre du PJD et proche du Dr Abdelkrim Al Khatib, avait créé l'association Vertus et vigilance, peu de temps avant les attentats de Casablanca. Beaucoup d'observateurs avaient considéré cette initiative comme une tentative du Dr Al Khatib d'obtenir l'équilibre au sein de son parti le PJD, dominé par les membres d'Al Islah Wa Atawhid. D'autres avaient vu une tentative d'affaiblir la tendance islamiste dans ce parti, en vue de se préparer à une scission à la veille des élections communales. Rappelons que le Dr Raissouni a été parmi les conférenciers à participer aux causeries religieuses du Ramadan au début du règne de SM le Roi Mohammed VI. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc