×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Assurance-automobile: Polémique sur la baisse des primes en France

Par L'Economiste | Edition N°:1668 Le 23/12/2003 | Partager

. Assureurs et gouvernement s'affrontent Malgré le recul des accidents de la route, les primes d'assurance automobile en France ne devraient pas baisser en 2004, du fait, expliquent les assureurs, de l'envol du coût des réparations et des indemnisations. Pouvoirs publics et automobilistes commencent à perdre patience.Quelques jours après l'annonce des majorations de tarifs au 1er janvier 2004, les ministres de l'Economie, Francis Mer, et des Transports, Gilles de Robien, sont montés au créneau pour sermonner les assureurs et les inviter à répercuter la baisse du nombre d'accidents et de victimes sur les cotisations.«En matière de sécurité routière, les résultats sont maintenant indiscutables. Je crois que nos concitoyens, qui ont fait le gros dos pendant la période de hausse, ne comprendraient pas que les assureurs ne tirent pas toutes les conséquences des succès obtenus dans ce domaine», a relevé Francis Mer.De Robien a, de son côté, reconnu qu'il faudrait «peut-être six mois ou un an de recul pour savoir si le coût des accidents corporels, car ce sont eux qui coûtent le plus cher, a baissé ou pas».«S'il a baissé, et si le coût des accidents matériels (a baissé) aussi, puisqu'il y en a moins, il faudra à ce moment-là que les assureurs le traduisent aussi dans leurs primes», a-t-il lancé.Même son de cloche du côté de la Fédération française des automobiles-clubs (FFAC) qui souhaite une réduction de 15% des primes car il «s'agirait là d'un juste retour des efforts consentis par les automobilistes».Les chiffres de la sinistralité au 30 septembre 2003 laissent apparaître une baisse du nombre d'accidents corporels (-18,4%), de personnes tuées (-21,2%) et blessées (-20,3%) à la faveur des mesures drastiques de sécurité routière mises en oeuvre. Synthèse l'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc