×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Assises du tourisme
Casablanca, destination touristique?

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. Une mise à niveau de toute la ville est nécessaire, avant de se lancer dans des projets de grande envergure. Les efforts tant des responsables que des citoyens sont nécessairesOfficiellement, Casablanca est la troisième destination touristique au Maroc. Mais le tourisme dans cette ville reste cantonné dans le tourisme d'affaires. C'est logique, la métropole étant d'abord, une ville où l'on vient pour faire des affaires. Aussi, commerce et industrie y sont prospères. Cependant, de nombreux professionnels du tourisme, notamment des voyagistes, s'accordent à dire que la ville blanche dispose de tous les atouts pour devenir une destination du tourisme classique. Encore faut-il qu'elle dispose des moyens nécessaires pour atteindre cet objectif. Les professionnels viennent de développer et présenter une plate-forme censée devenir une base pour toute politique orientée dans ce sens. Tout y a été prévu, même les moyens de financement. Il ne reste plus qu'à se mettre au travail. En commençant par une mise à niveau de la ville. Casablanca accumule les mauvais points au niveau du transport, de la circulation, des déchets, de la pollution, et aussi de son développement urbain anarchique. Le diagnostic ne peut être tendre face à toutes ces lacunes nées de plusieurs années de mauvaise gestion. Et aussi d'une planification du développement de la ville déficiente. Un héritage que les nouveaux responsables doivent liquider prioritairement. En d'autres termes, l'on doit d'abord baliser le terrain pour le décollage touristique de la ville. Déjà, les investisseurs dans le secteur ne peuvent être séduits par une ville où des problèmes subsistent. La démarche sera, certes, ardue, mais il faut impérativement commencer par là. La mise à niveau de la ville doit être non seulement un impératif, mais un choix qui s'affirme de plus en plus face au développement de Casablanca. A titre d'exemple, les investisseurs potentiels dans le secteur du tourisme ne sauraient se hasarder dans une ville polluée. Un touriste voyage en quête de repos et de quiétude mais aussi d'animation dans un environnement sain. Autre exemple: l'image dégradante de tous ces mendiants traînant leurs enfants ou occupant les trottoirs des principales artères. Le touriste est frappé également par la présence de groupes de clochards. Importuné, le visiteur se trouve parfois obligé de regagner sa chambre d'hôtel. Il ne faut pas occulter non plus les problèmes que posent la circulation des charrettes en ville. De même que les camions de ramassage des ordures dégoulinants, nauséabonds, qui circulent souvent à des heures de grande affluence. Non seulement, ils gênent la circulation, mais polluent l'atmosphère et la chaussée. Sous d'autres latitudes, le ramassage des ordures s'effectue la nuit ou très tôt le matin. Mais, on assure auprès du Conseil de la ville que ce problème est en voie de règlement.Et la liste des entraves pour le développement touristique de la ville reste longue. C'est pourquoi des actions immédiates doivent être menées. Vitrine du Maroc moderne, Casablanca la cosmopolite, l'hétéroclite, dispose de nombreux atouts pour prétendre au statut de ville touristique à part entière. Ses citoyens, tout autant que ses responsables d'ailleurs, ont le devoir de la maintenir propre et de participer ainsi à la réalisation de ce voeu. Parce que devenir une destination touristique se mérite.


Le touriste sécurisé

Il y a tout de même un point positif: la présence visible d'éléments de la Sûreté nationale dans les rues. Habillés en civil, on les distingue aux brassards qu'ils portent. Ils sont, depuis quelque temps, très présents au niveau des voies à grande fréquentation. Leur présence rassure le touriste et, contrairement à ce qui est répandu, elle est très appréciée.Parallèlement, il faut dynamiser le rôle de la Brigade touristique pour lutter contre tous les faux guides. L'opération a bien marché à Marrakech, alors pourquoi pas à Casablanca? Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc