×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Assises du tourisme
100 millions de touristes chinois en 2020!

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. Relance de l'économie mondiale et réduction des conflits: deux signes positifs pour 2004 L'année 2004 connaîtra incontestablement une relance du tourisme mondial. Cet enthousiasme affiché par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) est motivé par les signes positifs qui se profilent quant à une éventuelle relance des principales économies mondiales, en l'occurrence les USA, le Japon et l'Europe occidentale. De même, une réduction des conflits géopolitiques à répercussion mondiale est prévue cette année, en plus de l'existence d'une importante demande accumulée de voyages. Le baromètre du tourisme mondial de l'OMT le confirme. Les analystes et les décideurs économiques s'attendent à une évolution favorable.Dans une note sur les perspectives mondiales du tourisme, Francesco Frangialli, secrétaire général de l'Organisation, estime que si des mesures de sécurité nécessaires sont prises, et plus particulièrement dans le transport aérien, les professionnels pourront avoir confiance dans la capacité de rebond et de progrès du secteur. Avant d'ajouter: «Quand les temps sont plus durs, certains prennent conscience de l'importance des enjeux que le tourisme représente sous l'angle de la croissance, des recettes extérieures et des emplois».L'OMT a enregistré une profonde mutation des pratiques touristiques depuis deux ans. Mondialisation oblige, des restructurations et des regroupements s'opèrent. Les politiques de marketing se modernisent et des coopérations entre secteurs public et privé se concrétisent au bénéfice de tous. Une partie de ces changements est due aux derniers événements intervenus depuis deux ans: attentats terroristes, guerre en Irak, crise économique... Alors que d'autres sont dus à l'innovation technologique qui permet, grâce à Internet, d'organiser son voyage en direct à travers de ce que l'on appelle le “packaging dynamique”, ou “forfait à la carte”, désormais proposé dans le monde entier par de nombreux opérateurs.Le marché de l'Europe de l'Est, spécialement la Russie, en pleine croissance et le marché asiatique, notamment chinois, promettent un véritable “boom” d'ici deux décades. Selon l'OMT, près de 100 millions de Chinois devraient voyager en dehors de la Chine à l'horizon 2020. Ce pays sera également la première destination mondiale avec 130 millions d'arrivées. D'ici 2020, le nombre de touristes dans le monde devrait doubler jusqu'à 1,5 milliard par an. Les recettes quadrupleraient à 2.000 milliards d'euros.


Libéralisation

Concernant la libéralisation du commerce des services touristiques en cours, il est prévu l'organisation d'un colloque mondial par l'OMT en collaboration avec l'OMC et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) les 22 et 23 mars prochain à Madrid. Ce colloque devra inciter les gouvernements et les entreprises touristiques à participer activement à la concrétisation de ce projet. L'un des sujets qui focalisera le débat aura trait à l'impact de la libéralisation sur l'esprit d'entreprise, la concurrence, le développement durable et la réduction de la pauvreté.


Libéralisation

Concernant la libéralisation du commerce des services touristiques en cours, il est prévu l'organisation d'un colloque mondial par l'OMT en collaboration avec l'OMC et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) les 22 et 23 mars prochain à Madrid. Ce colloque devra inciter les gouvernements et les entreprises touristiques à participer activement à la concrétisation de ce projet. L'un des sujets qui focalisera le débat aura trait à l'impact de la libéralisation sur l'esprit d'entreprise, la concurrence, le développement durable et la réduction de la pauvreté.


Des évolutions contrastées en 2003

Evoluant dans un contexte défavorable lié à une conjoncture économique morose (guerre, SRAS…), le tourisme mondial a réalisé une piètre performance en 2003. Il a enregistré un recul de 1,2% des arrivées internationales, soit 694 millions, ce qui correspond à une baisse d'environ 8,5 millions par rapport aux 703 millions de 2002.Certes, la situation s'est progressivement améliorée à partir du second semestre, mais elle était insuffisante pour insuffler une croissance positive dans toutes les destinations. Si les arrivées de touristes en Europe occidentale et du Sud de la Méditerranée ont reculé de 3,7 millions (3%) suite aux effets conjugués de la faiblesse de l'économie et de la force de l'euro, l'Europe centrale et l'Europe orientale ont pu tirer leur épingle du jeu en enregistrant le même succès qu'en 2002.Pour sa part, l'Asie du Pacifique a réalisé une chute vertigineuse. L'épidémie de SRAS reste la principale cause de cette rétraction.Alors que l'Asie du Sud a enregistré une performance positive (+17%) après deux années difficiles, grâce à la politique de libéralisation du commerce et la croissance de son économie. Les Amériques ne sont pas mieux loties. Elles ont réalisé un recul de 1%. C'est l'Amérique du Nord qui enregistre la plus forte baisse (-5%) pour la troisième année consécutive. Ceci s'explique principalement par la faiblesse de l'activité économique et par les inquiétudes en matière de sécurité depuis le 11 septembre 2001. Par rapport aux chiffres négatifs des deux années précédentes, les Caraïbes et l'Amérique du Sud connaissent une forte reprise due à l'amélioration de la situation économique des grands pays comme l'Argentine et le Brésil.Quant à la région du Moyen-Orient et celle de l'Afrique, elles ont réalisé en 2003 de bons scores, avec une progression respective de 10 et 5%. Ce sont surtout les voyages intrarégionaux au Moyen-Orient qui augmentent. Ainsi, l'Egypte a pu accueillir, en 2003, 6,4 millions de visiteurs, grâce à une forte progression du tourisme balnéaire et surtout du nombre de visiteurs arabes des pays du Golfe (plus de 40% du total). Elle ambitionne même d'atteindre le cap des 10 millions de visiteurs.Mohammed EL HARRATI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc