×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Articles de sport: Un hard discounter s’installe

    Par L'Economiste | Edition N°:3167 Le 10/12/2009 | Partager

    . Produits: Les marques de Décathlon à prix cassés. Un investissement de 8 millions de DH «Tout pour le sport à prix discount»! C’est la promesse du nouveau discounter de sport, Koodza, qui ouvre ses portes ce vendredi à Casablanca. Koodza est une filiale du groupe Oxylane, un réseau d’entreprises françaises centrées sur les utilisateurs sportifs, qui comprend aussi Décathlon. Le nouveau magasin discount s’étend sur 1.800 m² à Aïn Sbaâ. Le projet a nécessité un investissement de 8 millions de DH.Selon le top management, les produits proposés ciblent essentiellement les familles et les pratiquants occasionnels ou réguliers de sport. L’implantation du groupe à Aïn Sbaâ n’est pas un hasard. «C’est une zone qui abrite une population à la fois nombreuse et éclectique, différentes classes sociales y sont représentées. Or, l’un des objectifs de Koodza est d’être proche de la masse», explique le management. Le concept Koodza est opérationnel dans plus d’une dizaine de pays dans le monde. Il reprend un business model qui marche, surtout en temps de crise: le hard discount. La 1re filiale d’Oxylane installée au Maroc propose 17 marques représentant 27 sports différents, lesquelles sont vendues aussi chez Décathlon. Il s’agit notamment de Quechua, Wedze, Tribord, Kalenji, Kipsta, Domyos… mais à des prix défiant toute concurrence. Généralement, les discounters proposent des produits jusqu’à 15% moins chers que la concurrence. Quant aux ressources humaines, Koodza Maroc emploie seulement 12 personnes dans la phase de démarrage. Ce sont essentiellement des caissiers et agents de manutention. Pour sa part, le local est d’une grande sobriété: sol brut, éclairage et agencement basiques. Un univers qui «permet à chaque client de choisir seul et d’acheter rapidement», argue le discounter. Mais, surtout, ce business modèle permet de réduire les coûts de façon drastique. Ce qui revient à répercuter ces économies via des prix plus bas. La clé du succès du discounter repose essentiellement sur une politique de bas prix. L’argument low-cost est possible grâce à un personnel réduit et un environnement sobre. Mais pas seulement. Le succès du hard discount repose aussi sur une stratégie marketing agressive, basée sur la différenciation. Sur les présentoirs de Koodza, le consommateur pourra voir par exemple un ballon de foot à 60 DH, des lunettes de piscine à 45 DH ou encore des chaussures pour enfants à 130 DH. Quant à la menace de l’informel sur le marché marocain, le management de Koodza reste serein: «Les produits que nous commercialisons offrent un large choix et un rapport qualité/prix imbattable. Alors que dans l’informel, le choix est non seulement réduit, mais avec des tailles indisponibles et, surtout, la qualité est très mauvaise».Aïcha Akalay

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc