×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

ArcelorMittal envisage de supprimer 9.000 emplois

Par L'Economiste | Edition N°:2912 Le 01/12/2008 | Partager

. L’Europe pourrait en perdre 6.000. Les filiales marocaines ne seront pas touchées Face à l’effondrement de la demande d’acier dû à la crise économique, le premier groupe sidérurgique mondial ArcelorMittal a annoncé, jeudi dernier, qu’il pourrait supprimer jusqu’à 9.000 emplois, soit 3% de son personnel, et l’Europe pourrait à elle seule en perdre 6.000. Les 9.000 suppressions d’emplois envisagées se feront sur une base «volontaire» et essentiellement dans les secteurs non productifs (ventes, administration, services généraux), a assuré la direction du groupe, invoquant «la crise économique». A l’issue d’une réunion de plus de trois heures avec la direction au siège luxembourgeois du groupe, un délégué syndical a précisé que 6.000 emplois étaient menacés en Europe. Les 3.000 autres sont essentiellement aux Etats-Unis. Selon Edouard Martin, délégué CFDT d’Arcelor Mittal à Gandrange (nord de la France), les négociations se feront «pays par pays». Mais pour l’heure, les filiales du groupe au Maroc ne seront pas touchées. «Au contraire, le groupe est dans une phase de croissance, ce qui accompagne le développement du Maroc dans les secteurs du BTP et l’immobilier», affirme le management de Sonasid, filiale du groupe au Maroc.Rappelons que ArcelorMittal, né de la fusion en 2006 du groupe européen Arcelor avec l’indien Mittal Steel, s’est fixé pour objectif de réduire ses dépenses d’un milliard de dollars (775 millions d’euros) dans les catégories non productives - soit les employés et ingénieurs, par opposition aux ouvriers. Il emploie 40.000 personnes dans ces catégories, notent les syndicats. «C’est dans les pays où se trouvent les sièges, comme la France, le Luxembourg et l’Espagne, que ça va être le plus difficile», a estimé Martin. Début novembre, déjà confronté à une chute de la demande d’acier, le sidérurgiste avait annoncé une diminution de 35% de l’ensemble de sa production au quatrième trimestre 2008. En Europe, les réductions «temporaires» atteindront notamment 50% sur les sites français et belges de production d’inox. En plus de ces sites, «une douzaine» d’usines européennes spécialisées dans les aciers plats, destinés à une industrie automobile en pleine crise, vont voir leur production réduite de 30%.J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc