×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Arafat, l’enfant «exilé»

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. Une enfance tourmentée entre Le Caire et Jérusalem. Toujours à la recherche d’un gîte Finalement, Abou Ammar n’aura pas assisté à la naissance d’un Etat palestinien. Son rêve, pour lequel il aura passé la plus grande partie de sa vie dans les avions, est et demeurera, peut-être, un objectif incertain. Malgré cela, Yasser Arafat restera un des dirigeants les plus charismatiques. Sa keffieh, symbole “d’une Palestine perdue”, et sa tenue militaire dont il ne s’est jamais séparé, ont fait de lui un personnage très populaire à travers le monde, “une légende”. Abou Ammar l’homme aux sept vies, cible de multiples attentats, mais jamais coulé, est considéré comme “le père” des Palestiniens. Sixième d’une famille de sept enfants , Arafat aura passé une enfance et une jeunesse “exilées”, toujours à la recherche d’un gîte… d’une patrie. Il descend d’une longue lignée palestinienne. Son père était marchand de textile entre Gaza et Le Caire. Arafat perdit sa mère encore tout petit. Il fut d’abord envoyé chez son oncle à Jérusalem. Un des rares souvenirs qu’il a gardés de cette époque était l’incursion des forces britanniques dans la maison de son oncle après minuit, battant les membres de la famille et emportant des meubles précieux. Son père l’emmena ensuite en Egypte chez une de ses sœurs. C’est peut-être à cause de ses multiples déplacements en dehors de la maison paternelle que le petit Yasser n’était pas très proche de son père. D’ailleurs, il n’en parlait pas beaucoup. Il semblerait même qu’il n’ait pas assisté à ses funérailles en 1952.C’est en Egypte qu’Arafat a affûté ses armes de militant. Sa fougue guerrière, atténuée par la “nakba” de 1948 qui a vu la proclamation de l’Etat d’Israël, l’oblige à transposer son activisme sur les bancs de l’Université du Roi Fouad Ier. Laquelle université a formé les principaux révolutionnaires égyptiens. Arafat n’avait cependant pas la tête aux études et était beaucoup pris par son activité politique. En 1958, il fonda secrètement le mouvement Fatah qui donnera par la suite l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Les années de formation dans une Egypte en pleine tourmente révolutionnaire, où les Frères musulmans et les officiers libres de Nasser luttent pour le pouvoir, expliquent peut-être qu’Arafat ait toujours cherché à concilier deux courants contradictoires: islamisme et nationalisme arabe à connotation socialiste. C’est peut-être cette contradiction qui a fait qu’Arafat a été chassé par Gamel Abdennaser. Pour beaucoup de régimes arabes, c’était vraisemblablement un invité encombrant. Il a été chassé par la Jordanie, la Syrie et le Liban (après l’invasion israélienne en 1982). Il obtiendra la reconnaissance de l’OLP au Sommet de Rabat en 1974. La même année, il dira à l’ONU: “Je suis venu porteur d’un rameau d’olivier et d’un fusil de révolutionnaire, ne laissez pas tomber le rameau de ma main”.Depuis cette date, l’OLP amorcera le chemin de la réconciliation avec Israël. On se rappelle encore de sa célèbre déclaration au journaliste français Patrick Poivre d’Arvor en 1989 en concédant, avec son sourire légendaire (et en français) que la charte de l’OLP est devenue “caduque”. Celle-ci affirmait que “la lutte armée est la seule voie pour la libération de la Palestine”. Les accords d’Oslo ont scellé la création par étapes de l’autorité palestinienne. Depuis, la situation dans les territoires n’a cessé de se compliquer. Son assignation à résidence allait l’épuiser. Toujours à la recherche de la patrie perdue….


Souha, l’épouse “parisienne”

“Fiancé” à la cause palestinienne, Arafat ne se mariera qu’en 1990 avec Souha Taouil, fille d’une riche famille chrétienne qui a reçu une éducation française. L’engagement politique sans mesure de Yasser Arafat allait engendrer une déchirure dans le couple. Souha Arafat reprochant à son mari de ne pas prendre suffisamment soin d’elle, choisit de s’installer à Paris. Cependant, elle est restée parmi les plus fidèles alliés de Arafat. Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc