×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Après les restructurations : Procter & Gamble réalise sa meilleure marge depuis 45 ans

Par L'Economiste | Edition N°:193 Le 17/08/1995 | Partager

Trente usines à fermer, quelque 13.000 suppressions d'emplois. Le programme de restructuration initié en juillet 1993 par l'ancien Pdg de Procter & Gamble, Edwin Artz, récemment parti à la retraite, avait été jugé très violent. Cependant, deux ans plus tard, le bilan paraît positif. Le lessivier américain a réalisé pour son exercice clos au 30 juin un bénéfice net après impôts de 2,6 milliards de Dollars, en progression de 20% par rapport au précédent. Hors éléments exceptionnels, les profits ont monté de 17% à 2,7 milliards de Dollars, alors que la croissance moyenne n'était que de 10% au cours des cinq dernières années. Parallèlement, le chiffre d'affaires a grimpé de 10% à 33,4 milliards de Dollars. En définitive, le roi américain de la lessive et des couches-culottes affiche un bénéfice net représentant 8% des ventes, soit sa marge la plus élevée depuis quarante-cinq ans.

Cette série de chiffres records ne constitue pas l'unique héritage de Edwin Artz. Après avoir été malmené au début des années 90 par la concurrence des produits "premier prix" et des marques de distributeurs, Procter & Gamble est redevenu compétitif en matière de prix. Mieux que la croissance globale de 10%, il a enregistré des progressions supérieures à 15% en Asie et en Europe notamment.
Le groupe a découvert d'autres axes de développement au moment où la consommation des détergents plafonne dans les pays riches. Il tente de renforcer son internationalisation en s'installant par exemple dans les pays de l'Est. Par ailleurs, le lessivier effectue d'importants investissements dans les médicaments et les cosmétiques et vient d'inaugurer à Cincinnati un centre de recherche pharmaceutique d'un coût de 280 millions de Dollars. Objectif: porter de 10 à 20% la part de la santé dans le chiffre d'affaires dans un horizon de 10 ans. Pour la branche beauté, la croissance devrait reposer sur les acquisitions. La firme a dans le collimateur Ester Lauder que les propriétaires pourraient bientôt céder, rapporte Les Echos.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc