×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Après l'annonce de son plan de relance : Le Japon tient la dragée haute aux Américains

    Par L'Economiste | Edition N°:117 Le 17/02/1994 | Partager

    Le quatrième plan de relance japonais a été enfin annoncé mardi 9 février, à deux jours de la rencontre du Premier ministre Morihiro Hosokawa avec le président Clinton. Ce plan devait déjà être officiellement rendu public le jeudi 3 février, mais a été reporté en raison du refus des socialistes de voir l ' allégement des impôts financé par un relèvement des taxes indirectes. Le nouveau train de mesures représente un montant de 140 milliards de Dollars. Il port à plus de 400 milliards l'enveloppe globale destinée à stimuler l'économie depuis deux ans. Le Ministère des Finances évalue à 2,2% le surplus de croissance que doit générer ce dispositif, censé également créer près d'un million d'emplois.

    Alors que pour les trois précédents plans de relance l'essentiel de l'effort portait sur les grands travaux d'infrastructure, le gouvernement a décidé cette fois de mettre l'accent sur les consommateurs.

    Les mesures fiscales en faveur des ménages portent sur une réduction de l'impôt sur le revenu applicable rétroactivement au 1er janvier 1994 et de la taxe d'habitation qui entrera en vigueur dès juin prochain. Grâce à ces deux réductions, qui représentent en moyenne une baisse de 20%, le Premier ministre japonais entend distribuer du pouvoir d'achat et s'attaquer ainsi à la faiblesse persistante de la consommation.

    Ce que ne semblent pas croire les Américains qui se contentent de voir dans le programme japonais "un petit pas qui ne garantit en rien la réduction du déficit commercial américain". D'ailleurs, Le président Clinton et le Premier p ministre japonais se sont séparés le 11 courant sans avoir; réussi à trouver un terrain d'entente permettant de réduire le; déficit des Etats-Unis avec le Japon. M. Hosokawa s'est refusé de fixer des objectifs chiffrés d'importations de produits américains.

    Le reste des sommes allouées est consacré aux dépenses publiques liées à l'infrastructure, au logement et aux PME.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc