×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Après des tentatives avortées, Fertima enfin vendue

Par L'Economiste | Edition N°:621 Le 21/10/1999 | Partager


· Montant de la cession: 230 millions de DH
· Le contrôle de Fertima passe entre les mains d'un consortium maroco-portugais
· Une série d'études d'évaluation des sociétés potentiellement privatisables lancée dès novembre


L'opération de privatisation de Fertima (société marocaine de fertilisants), présentée hier au siège de la Bourse par M. Rachid Filali, ministre du Secteur Public et de la Privatisation, en présence de M. Rachid Ouali Alami, président de la SBVC, a été jugée satisfaisante à tous égards.
Ce sont 51% du capital de la société qui ont été cédés à un montant de 230 millions de DH, soit un prix unitaire de 196 DH par action. Mais l'OCP ne se retire pas entièrement du capital de Fertima, puisqu'il en détient toujours 15%.
Le prix de cession représente 10 fois le cash-flow de la société. "En principe, le prix d'acquisition ne dépasse pas 6 fois le cash-flow de la société cédée", affirme M. Filali.
Cette participation a été acquise par un consortium maroco-portugais avec l'assistance de la banque-conseil Sagfi (Société Sud Actif Groupe Finance).
La partie marocaine, laquelle détient 69% de la participation cédée, est constituée de la compagnie d'assurances Sanad, de la Mutuelle Agricole Marocaine d'Assurances (Mamda), de la Mutuelle Centrale Marocaine d'Assurances (Mcma) et enfin d'Asma Invest, société d'investis- sement maroco-saoudienne. Notons au passage que cette dernière a déjà participé à l'opération de privatisation de la CTM-LN.

64 millions de DH d'investissement


S'agissant de la partie portugaise, elle ne compte qu'une seule société, ADP (Adubos de Portugal), premier producteur et distributeur d'engrais au Portugal avec une production annuelle de 1,4 million de tonnes au terme de l'année 1998, soit le double de la production de Fertima.
Le groupe adjudicataire s'engage à réaliser dans les cinq années à venir un programme d'investissement estimé à 64 millions de DH. Objectif, moderniser les installations, renforcer la capacité de stockage, développer le réseau de distribution et les ressources humaines...
Interrogé sur la garantie de bonne fin de l'opération, M. Filali précise que la seule caution est la qualité et le savoir-faire de l'acquéreur.
A rappeler que l'appel d'offres ouvert avait été reporté à deux reprises à la demande des investisseurs. Seuls deux consortiums ont pu atteindre la phase finale. Il s'agit du groupe gagnant et d'un autre constitué d'opérateurs marocains avec des coopératives agricoles. Ce dernier consortium s'est retiré in extremis. "Mais il a néanmoins été à l'origine du surenchérissement du prix en tant que concurrent du consortium maroco-portugais", explique M. Filali. Suite à cette opération, le tour de table de Fertima est réparti comme suit: 51% pour le consortium, 30% de flottant en bourse, 4% pour les salariés et enfin 15% toujours entre les mains de l'OCP.
Pour ce qui est des sociétés potentiellement privatisables, M. Filali annonce le lancement dès novembre d'une série d'études d'évaluation.
A leur tête, Itissalat Al-Maghrib dont l'ouverture de capital est prévue pour le premier trimestre 2000, la RAM et la Somaca.
Concernant la BNDE et les sucreries, le Ministère attend qu'il y ait plus de visibilité: concrétisation de la fusion entre BNDE et BMAO pour la première et résolution du problème de libéralisation des prix pour les secondes.


50% de Ranch Adarouch chez Interfina


Autre opération de privatisation bouclée, celle de la société Ranch Adarouch. Les 50% du capital ont été cédés à Interfina (Internationale de Financement et de Participation) appartenant au groupe BMCE-Bank. Ce dernier détenait déjà 50% du capital de la société. Le montant de l'offre s'élève à 33 millions de DH pour un prix minimum de 18 millions de DH. Ainsi, le prix unitaire par action s'est établi à 600 DH contre 327 fixé par l'organisme d'évaluation. Encore une fois, deux groupes seulement ont été retenus. Cependant, l'un d'entre eux s'est désisté à la dernière minute. Ranch Adarouch, créé en 1969, a pour activité principale l'élevage de bovins et les cultures fourragères dont la production est destinée à l'autoconsommation.

Youssra MAHFOUD et Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc