×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Approvisionnement Ramadan: Pas de risque de pénurie

Par L'Economiste | Edition N°:1621 Le 13/10/2003 | Partager

. Les ingrédients du f'tour seront disponibles sur le marché. Les quotités des droits de douane pour le lait seront réduites de 109 à 20% à partir du 15 octobre Rassurez-vous consommateurs, les ingrédients qui garniront vos tables de f'tour seront disponibles sur le marché. Lait, dattes, viande, sucre… la liste est longue des courses que devront faire les ménages à l'approche du mois sacré. Les produits de base seront disponibles en grandes quantités. Ils ne connaîtront pas de perturbations à part certains produits importés. C'est ce qui ressort des données du département du Commerce et de l'Industrie qui a pris l'habitude, à l'approche de chaque Ramadan, d'élaborer une note d'information sur la situation de l'offre et de la demande des produits de base au niveau du marché intérieur. Selon les statistiques fournies, les estimations de l'offre et de la demande en lait pendant cette période enregistrent un déficit de 5 millions de litres. L'offre prévisionnelle au niveau des différentes industries laitières est estimée à 43 millions de litres et la demande à 48 millions. Le gouvernement devra, une fois encore, recourir à l'importation du lait UHT en réduisant les quotités des droits de douane de 109 à 20% durant la période du 15 octobre au 12 novembre 2003.En ce qui concerne les viandes rouges, les approvisionnements seront normaux. Durant le mois de novembre, la demande globale serait de 23.400 tonnes, dont 14.600 t pour les viandes bovines et 8.800 pour les viandes ovines. L'offre, quant à elle, se situerait à 14.700 tonnes pour les viandes bovines et 9.300 pour les viandes ovines. Ce qui signifie, contrairement aux surenchères d'une pénurie pendant le mois de Ramadan, que l'équilibre sera assuré. Concernant les viandes blanches, la demande, en novembre, est évaluée à 24.000 tonnes, pour une offre équivalente. Durant ce mois, la consommation des viandes connaîtra une augmentation de près de 14,28% . D'après les chiffres communiqués par la direction de l'Elevage, l'offre disponible de cette matière répondra aux besoins du marché local. Pour les oeufs, le marché en novembre sera équilibré aussi bien du côté de l'offre que de la demande. Cette dernière est estimée à 220 millions d'unités. Idem pour l'offre qui serait du même niveau.Le sucre connaîtra une situation prévisionnelle d'approvisionnement équilibrée. Les disponibilités du pays en sucre, toutes catégories confondues, à la veille du mois sacré répondent largement aux besoins de la demande, estimée à près de 82.000 tonnes. Selon les chiffres de la direction de la Production industrielle, les disponibilités existantes pendant le Ramadan s'avèrent suffisantes pour couvrir les besoins.Le stock initial de novembre est de 179.742 tonnes, 197.932 en octobre. La production totale de sucre s'élèvera à 50.340 tonnes au lieu de 64.558 en octobre. Le stock final de novembre totalisera 150.199 tonnes.Les ventes de sucre, quant à elles, s'élèvent à 82.750 tonnes en octobre et 79.883 en novembre. Pour les responsables du département du Commerce et de l'Industrie, la demande durant le mois de Ramadan s'oriente principalement vers le sucre granulé compte tenu de son utilisation diversifiée.Enfin, pour le beurre importé, la consommation moyenne est estimée à 1.400 tonnes. Cette quantité augmente de 50% durant le mois de Ramadan par rapport à la consommation moyenne mensuelle, précise les responsables du département. Les prévisions d'importation pour le mois de novembre atteignent 1.186 tonnes.Pour les dattes, la situation est meilleure. L'approvisionnement du pays sera largement assuré par la production nationale du fait que la récolte de cette campagne vient juste avant l'avènement du mois sacré. La production attendue pour l'actuelle campagne devrait connaître une augmentation sensible de plus de 62%. Selon les services du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, elle est évaluée à 54.100 tonnes contre 33.200 l'année précédente. Les dattes de bonne qualité représentent environ 44% des tonnages produits. La qualité intermédiaire et médiocre ne représente que 34 et 22% respectivement.L'offre importante en figues sèches (15.000 tonnes) en augmentation par rapport à l'année précédente de 3.000 permettra de contribuer à la diversification des étalages durant cette période. Sans compter les dattes d'origine tunisienne et algérienne qui inondent le marché national. L'offre n'en sera que plus enrichie.Pour les légumineuses, les ménagères n'ont pas à s'inquiéter. Les stocks disponibles sont largement suffisants pour répondre aux besoins. D'après l'Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL), la situation prévisionnelle d'approvisionnement du marché national des trois principales légumineuses (fèves, lentilles et pois chiches) pendant les mois de septembre, octobre et novembre 2003 dépassent largement les stocks de l'année dernière.La production de lentilles estimée pour cette campagne tourne autour de 710.000 quintaux, soit une progression de 71% par rapport à la récolte précédente. La consommation mensuelle normale des lentilles qui ne dépasse pas 20.000 qx double toutefois pendant le mois de jeûne.Par conséquent, le marché sera bien approvisionné pendant le mois de Ramadan surtout que les disponibilités totales au début du mois de septembre 2003 (710.000 qx) couvriront largement les besoins en ce produit sur la base de (20.000 qx) pendant plus de 23 mois.La production des pois chiches a également connu une augmentation sensible. Cette année, elle est estimée à 700.000 quintaux soit une progression de 36% par rapport à l'année précédente.Les besoins mensuels en pois chiches sont estimés à 30.000 qx. Pendant le mois sacré, cette consommation augmente presque de 50%. La confrontation des disponibilités (681.000 qx) avec les besoins (30.000 qx) laisse présager une couverture de la demande d'environ 22 mois.Nabil BOUBRAHIMI & Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc