×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Apple investit le cinéma

Par L'Economiste | Edition N°:2360 Le 13/09/2006 | Partager

. Le groupe américain a dévoilé hier son nouveau produitLE groupe américain Apple, leader du téléchargement de musique sur Internet, devait dévoiler hier un nouveau produit, qui, selon les spécialistes, comprendra un service de téléchargement de films destiné à de nouveaux modèles vidéo de ses baladeurs iPod. Les rumeurs sur la véritable nature de l’annonce d’Apple se multipliaient depuis que le groupe avait envoyé aux médias il y a quelques semaines une invitation à sa conférence de presse intitulée «It’s Showtime», au graphisme hollywoodien. Déjà la semaine dernière, le site de vente de produits culturels amazon.com s’est lancé sur ce terrain en inaugurant une offre de téléchargements de films, après avoir conclu des accords avec plusieurs grands studios. Le téléchargement de films légal et payant, un marché très prometteur, est pour l’instant marginal sur Internet, où les fans se procurent généralement des versions illégales par échanges de fichiers. Par ailleurs, les experts attendent d’Apple l’annonce d’un nouveau baladeur iPod, avec un écran vidéo de taille supérieure. Apple chercherait ainsi à rééditer dans le secteur du cinéma le succès qu’il a connu dans la musique, des millions d’utilisateurs de l’iPod téléchargeant des chansons à prix fixe sur le site d’Apple, iTunes. La réussite de ce nouveau type de service dépendra essentiellement du prix des films, de la date de leur diffusion sur Internet et du nombre de studios qui accepteraient que leurs productions soient téléchargeables, a souligné l’analyste de Jupiter Research Michael Gartenberg, rappelant que les studios sont réticents face au modèle de vente à prix unique souhaité par Apple. Autre élément clé: la possibilité, pour les consommateurs, de graver les films sur des DVD pour qu’ils puissent les regarder sur un téléviseur, ce que l’offre d’Amazon ne permet pas. Apple dispose d’un atout chez les majors: son PDG Steve Jobs est membre du conseil d’administration des Studios Walt Disney, depuis qu’il leur a vendu les studios d’animation Pixar en début d’année. Mais si Disney est logiquement un partenaire (d’autant plus qu’Apple diffuse déjà sur iTunes des séries télévisées de Disney comme «Desperate Housewives»), rien ne garantit que d’autres studios accepteront de vendre leurs films aux internautes. Autre hypothèse: Apple pourrait annoncer le lancement d’un nouvel ordinateur de salon capable de faire office de téléviseur ou d’appareil de cinéma à domicile, et ce, afin de gagner la course que se livrent les géants de l’informatique pour investir ce créneau.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc