×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Apple: Coupe nette dans les effectifs

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Apple Computer, le fabricant des Macintosh, tranche dans le vif pour tenter de préserver ce qui lui reste du marché des micro-ordinateurs: le groupe a annoncé vendredi 14 mars qu'il se séparait de 30% de ses effectifs.


    Le groupe informatique californien supprime 4.100 emplois sur 13.000. Quelque 2.700 des 11.000 salariés permanents devront quitter l'entreprise. Les trois quarts des emplois contractuels sont éliminés.
    Pour survivre, Apple doit «concentrer ses forces sur ce qu'il sait faire de mieux», a souligné le PDG, Gilbert Amelio. Il lui faut se plier à une «discipline commerciale», cesser tout investissement superflu, confier certains marchés à des partenaires, bref abandonner ou vendre tout ce qui est «non essentiel».
    Les ventes d'Apple continuent de reculer. La part de marché de ses micro-ordinateurs a plongé de 30% fin 1996 à 4,5% des ventes mondiales, selon le cabinet d'études International Data Corp.
    La décision a été «très douloureuse», a affirmé M. Amelio. Pour les employés d'Apple dans la Silicon Valley, qui regorge d'opportunités, il ne devrait pas être très difficile de retrouver un emploi, a-t-il souligné. 65% des postes supprimés le sont aux Etats-Unis.
    Le PDG a exhorté «ceux qui restent à assumer la responsabilité» qui est la leur et à s'investir à plein dans le redressement de l'entreprise.

    Mais les salariés sont découragés par la série de réorganisations qu'ils ont dû traverser, note une source proche du groupe. Il y a moins d'un an, M. Amelio avait déjà annoncé un recentrage de l'entreprise. 1.800 emplois avaient été supprimés.
    Cinq responsables, dont le directeur général Marco Landi, ont quitté Apple ces derniers mois, reprochant à M. Amelio de faire traîner les choses en longueur.
    Le PDG avait pourtant promis, peu de temps après son arrivée en février 1996, qu'il ne tomberait pas dans les travers de ses prédécesseurs. D'incessantes restructurations avaient contribué à la déroute de l'année dernière.
    Apple avait alors plongé dans le rouge, incapable de conserver l'avance technologique qui avait toujours fait la différence entre les Macintosh et les PC des géants de la micro-informatique, Microsoft et Intel.
    Les analystes tenaient Apple pour sauvé lorsque, à l'automne, il avait annoncé un bénéfice surprise. Mais les ventes du groupe ont de nouveau plongé et la firme a accusé une perte nette de 120 millions de Dollars pendant le trimestre achevé fin décembre, le premier de son exercice 1997.
    Le trimestre en cours devrait être terrible, a prévenu le directeur financier, Fred Anderson. Apple a encore perdu de l'argent, à cause d'un rétrécissement supplémentaire du chiffre d'affaires à 1,6 milliard de Dollars.

    Une charge de 155 millions de Dollars sera prise pour couvrir le coût des licenciements. Elle s'ajoutera à une autre charge, de 325 millions, constituée pour l'acquisition de NeXT et de son système d'exploitation, base d'une intelligence adaptée à l'informatique moderne qui manquait cruellement aux Macintosh.
    M. Anderson estime qu'Apple sera de nouveau bénéficiaire à l'été. La restructuration, a-t-il souligné, permettra d'économiser 500 millions de Dollars, soit près d'un quart des dépenses d'exploitation.
    Apple va se recentrer sur ses trois marchés clefs, l'enseignement, l'édition et les entreprises. Les technologies multimédia et la publication sur Internet seront prioritaires.
    La firme à la pomme veut enfin accroître ses revenus tirés des clones, les machines basées sur la même plate-forme que les Macintosh. La tarification des droits de brevet va être accrue et échelonnée en fonction des technologies.
    Le groupe amaigri, avec un chiffre d'affaires annuel réduit du quart à 8 milliards de Dollars, n'entend toutefois pas abandonner ses très fidèles acheteurs parmi le grand public, a affirmé le directeur technique Guillermo De Luca. «Les consommateurs recevront le meilleur», a-t-il dit.

    (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc