×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Anticipant la libéralisation du ciel : L'ONDA: 2 milliards de DH seront investis sur 5 ans

    Par L'Economiste | Edition N°:191 Le 03/08/1995 | Partager

    Pour se préparer à l'échéance de 1997, l'ONDA (Office National des Aéroports) veut aligner l'ensemble des installations aéroportuaires nationales aux standards internationaux. D'ici là, l'Office investira 2 milliards de DH. L'ONDA veut également
    rééquilibrer la structure de son chiffre d'affaires au profit de l'activité extra-aéronautique.


    L'ONDA se situe déjà dans l'optique de 1997, échéance fixée par l'Organisation Mondiale du Commerce pour la libéralisation des transports aériens. Anticipant l'augmentation du trafic que va sans doute entraîner la guerre des tarifs sur les vols réguliers, l'Office a concocté un ambitieux programme d'investissement. Celui-ci vient d'être entériné au conseil d'administration qui s'est tenu les 30 juin et 6 juillet derniers.
    Selon M. Ahmed El Biaz, directeur général de l'ONDA, l'objectif de ce programme évalué à 2,040 milliards de DH et dont la réalisation ira jusqu'en 1997, "est d'assurer la compétitivité des installations aéroportuaires nationales par rapport aux aéroports de la région". Le financement de ce programme de réhabilitation d'infrastructures aéroportuaires est assuré par les fonds propres de l'ONDA (15%) et une ligne de crédit de la BAD (Banque Africaine de Développement) de 1 milliard de DH.

    Le plan d'action quinquennal de l'Office entamé en 1993 s'articule autour des points suivants:
    - Un programme de réhabilitation aéroportuaire estimé à 1,008 milliard de DH: équipement complet de 11 tours de contrôle, acquisition de 45 équipements de radionavigation et d'aide à l'atterrissage; rechargement, réfection et extension des chaussées aéronautiques de 10 aéroports; aménagement et extension de 8 aérogares dont Tanger, Rabat et Tétouan. Une trentaine de véhicules spécialisés dans la lutte contre l'incendie des avions sont en cours de dédouanement. A fin 1994, le cumul des investissements réalisés s'élevait à 633 millions de DH, soit 31% du total du plan d'action. Pour l'année en cours, les investissements prévus se fixent à 585,78 millions de DH, représentant la deuxième tranche du programme.
    - En outre, l'ONDA projette de lancer, avec l'assistance de l'OACI (Organisation de l'Aviation Civile Internationale), une étude visant l'élaboration d'un schéma directeur de l'aviation civile.
    - Enfin, un programme dit d'actions courantes estimé à 687 millions de DH est destiné à la maintenance et au renouvellement des immobilisations de l'Office et aux opérations à caractère social.

    Révision de la stratégie commerciale

    Parmi ses axes également prioritaires, l'Office cherche à rééquilibrer la structure de son chiffre d'affaires en réduisant la part des redevances aéronautiques. C'est la tendance qui prévaut actuellement dans les grands aéroports internationaux: la part des recettes directement liées aux prestations aéroportuaires ne représente plus qu'une infime partie du chiffre d'affaires.
    Pour l'exercice 1994, l'activité axtra-aéronautique a rapporté 80,16 millions de DH à l'ONDA, représentant 14% de son chiffre d'affaires. En tête des rentrées des redevances extra-aéronautiques figurent les ventes hors taxes dans les zones internationales des aéroports. Les produits-vedettes de ces boutiques détaxées sont les tabacs (47 % des ventes), les parfums et cosmétiques (22 %) et les alcools (15 %).
    A lui seul, l'Aéroport Mohammed V rapporte près des deux tiers des recettes non liées aux prestations directes aux compagnies aériennes.
    Ce redéploiement de la stratégie commerciale de l'Office avait commencé en 1991 avec le lancement des projets de la technopôle de l'Aéroport Mohammed V, de la zone franche autour de l'Aéroport de Tanger et la zone industrielle de l'Aéroport d'Agadir. La première phase du plus ambitieux de ces projets (la technopôle de Mohammed V) est en cours de réalisation. Entre 1995 et l'an 2000, 120 hectares seront aménagés, correspondant à une surface commercialisable nette de 510.000 m2.

    Deux firmes de dimension internationale (le groupe Westinghouse et la Sogerma-Socea) ont du reste déjà signé des conventions pour l'implantation d'une unité de formation et de maintenance et de production sur ce site.
    Par ailleurs, le rapport 94 de l'Office souligne que "l'imposition à la TVA des redevances aéronautiques du trafic international grève sa compétitivité, puisqu'il ne peut imputer cette taxe aux compagnies aériennes", celles-ci refusant de s'y soumettre conformément à la pratique internationale".
    L'Office a réalisé un chiffre d'affaires de 570 millions de DH en 1994 et un résultat avant amortissements et provisions de 131,45 millions de DH.
    Après imputation de la dotation annuelle aux amortissements et provisions, ce résultat se ramène à une perte de 124,66 millions de DH contre un déficit de 16,71 millions en 1993. Mais la capacité d'autofinancement en 94 s'élève à 128 millions, en baisse de 20 % par rapport à 1993.

    Abadhi SHAMAMBA.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc