×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Alitalia: Les repreneurs connus en septembre

Par L'Economiste | Edition N°:2832 Le 01/08/2008 | Partager

. Plan de sauvetage pouvant entraîner 5.000 suppressions d’emplois Les noms des repreneurs de la compagnie aérienne Alitalia, en grave difficulté financière, seront connus en septembre, a affirmé jeudi 31 juillet, le porte-parole du gouvernement italien Paolo Bonaiuti, alors que le sort du groupe suscite de plus en plus d’inquiétudes. «Tous les noms seront connus en septembre», a affirmé Bonaiuti à la chaîne de télévision Rai, alors que le plan de sauvetage d’Alitalia, qui pourrait entraîner 5.000 suppressions de postes, suscite une levée de boucliers des syndicats et de l’opposition. Le leader du Parti démocrate, Walter Veltroni, a notamment fait valoir que le projet de rachat d’Air France-KLM qu’il avait soutenu, contrairement à Silvio Berlusconi, prévoyait environ 2.100 suppressions de postes. «Je voudrais rappeler une chose que Veltroni a oubliée, c’est que le titre Alitalia a perdu 19,5 % lors de l’annonce du plan d’Air France», a répliqué Paolo Bonaiuti, qui est un proche de Silvio Berlusconi, lequel agite depuis la campagne électorale d’avril la solution d’un consortium d’investisseurs italiens pour sauver Alitalia de la faillite, mais aucun des investisseurs pressentis et dont les noms ont circulé dans la presse, n’a, jusqu’à présent, confirmé. Le plan de sauvetage d’Alitalia, promis par Silvio Berlusconi, pourrait entraîner la suppression de 5.000 postes, a-t-il laissé entendre, comme l’a rapporté le quotidien La Repubblica. Berlusconi a assuré la semaine dernière disposer des fonds nécessaires pour relancer la compagnie en grande difficulté. L’élaboration de ce plan de sauvetage a été confiée à la banque Intesa Sanpaolo. Le président italien aurait indiqué, selon des indiscrétions, que le sauvetage d’Alitalia coûterait 5.000 postes, mais que ce sacrifice permettrait la commande de 90 nouveaux appareils.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc