×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Alioua mise sur les conventions collectives

Par L'Economiste | Edition N°:501 Le 06/05/1999 | Partager

· La loi sur le droit de grève attendra l'année prochaine

· Plusieurs secteurs préparent leur convention: Textile, pêche, métallurgie

· Le calendrier du projet de code du travail maintenu


Contrairement à l'année dernière, la déclaration sociale du ministre de l'Emploi s'est faite cette année en l'absence des syndicats. En intervenant le 5 mai dans les locaux de la CNSS, M. Khalid Alioua a
réitéré l'engagement du gouvernement à "mettre en application, au cours de l'année budgétaire 1999/2000, les dispositions de la Déclaration commune du 1er août 1996" et a appelé à la redynamisation des différentes commissions techniques de négociation. Le ministre précise que plusieurs clauses de cette déclaration ont trouvé des solutions dans le cadre du projet de code du travail. Il s'agit là principalement de la révision du droit syndical, la création des comités d'entreprise et du développement des conventions collectives.
S'agissant de la loi sur le droit de grève, M. Alioua indique qu'un nouveau projet élaboré par son département et différent de celui préparé par le gouvernement de M. Abdellatif Filali sera soumis, pour examen, l'année prochaine au Parlement. "Nous attendons d'abord le passage du projet de code du travail qui sera présenté aux élus au cours de cette session avant de s'attaquer aux autres chantiers". Selon un document du Ministère, ce projet de code prévoit plusieurs nouveautés, principalement des dispositions protectrices visant la femme salariée. Les textes portent sur les facilités qui leur seront accordées en période de grossesse et d'accouchement. Selon le document ministériel, la femme au travail pourra "bénéficier d'un détachement pour l'éducation de son enfant sans atteinte à son droit de travail".

Le ministre a également souligné la nécessité d'accompagner le code, cadre général, par des conventions collectives. Ces dernières devront gérer les relations du travail au niveau des secteurs et des entreprises. Rappelons que les conventions signées depuis 1962 n'ont pas dépassé dix(1). A ce niveau, un projet de convention collective pour la branche textile et habillement sera prochainement examiné par le Conseil Supérieur des Conventions Collectives (Cf L'Economiste du jeudi 6 mai). D'autres sont également programmées dans les secteurs du transport, des pêches maritimes et de la métallurgie.

(1) Rabat a abrité hier la réunion du Conseil Supérieur des Conventions Collectives sous la présidence du Premier ministre.


L'Agence attendra


En dressant le bilan de son département dans le domaine de l'emploi, M. Alioua a de nouveau marqué l'inadaptation des formations à la demande du marché. "Nos villes comptent près d'un million de chômeurs dont près de 200.000 diplômés", estime-t-il. Selon lui, "l'examen des taux de chômage permet de constater que les niveaux les plus élevés sont enregistrés chez les lauréats universitaires. Contrairement à cette situation, les diplômés de la formation professionnelle enregistrent des taux inférieurs à la moyenne nationale". Le Département de M. Alioua souhaite ainsi élargir les cursus de type bac+2 qui bénéficieront de formations qualifiantes. "Aujourd'hui, le nombre d'étudiants en formation bac+2 ne dépasse pas les 7.000 personnes. Ce nombre est jugé insuffisant pour accompagner la demande du marché", indique le ministre.
Reste que le Département de l'Emploi enregistrera cette année un décalage de calendrier en ce qui concerne la création de l'Agence Nationale d'Intermédiation sur le marché de l'emploi. Prévue pour le mois de juin prochain, l'opérationnalité de l'Agence devra encore attendre, puisque "le projet ne sera soumis au Conseil de Gouvernement qu'à la fin du mois".

Aniss MAGHRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc