×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

ALE : Ce que gagnent les Américains

Par L'Economiste | Edition N°:1723 Le 11/03/2004 | Partager

. Elimination d'une imposition fiscale cachée. Chaque foyer économise jusqu'à 2.000 dollars par an Robert Zoellick, représentant américain pour le Commerce, a mis en garde mardi 9 mars la Commission des finances du Sénat au Congrès contre toute tentative d'isolation économique en cette année marquée par la tenue des élections présidentielles et législatives. Ceci pourrait conduire à des conséquences néfastes pour l'économie américaine. Pour le responsable américain, le meilleur moyen pour faire face à la faiblesse des créations d'emplois n'est certainement pas l'adoption de mesures protectionnistes. Au contraire, les bonnes réponses consistent “à augmenter les exportations américaines vers des pays comme l'Inde et la Chine, à encourager les investissements étrangers en Amérique, tout en aidant les salariés à s'adapter à la perte de certains emplois délocalisés à l'étranger”, a-t-il indiqué. Les plus récents accords de commerce conclus par les Etats-Unis ont entraîné l'élimination d'une imposition fiscale cachée qui permet à chaque foyer américain d'économiser jusqu'à 2.000 dollars par an, selon Zoellick. Allusion est faite à la conclusion de récents accords de commerce avec cinq pays d'Amérique centrale, le Maroc, l'Australie et le démarrage prochain de négociations commerciales avec plusieurs nations d'Amérique latine, le Panama et la Thaïlande. Cependant, le président de la Commission des finances, le sénateur républicain Charles Grassley, a observé que la ratification de ces accords “va exiger des choix difficiles et (...) du courage politique, ce qui est encore plus difficile dans une année électorale”. Alors que la minorité démocrate a déploré la faiblesse de ces accords de commerce qui ont contribué à la fuite des emplois vers des pays à faible salaire.Signe de l'anxiété grandissante des transferts de postes de travail vers des pays en développement, qui ne touchent plus seulement les manufacturiers mais aussi les emplois bien rémunérés et qualifiés dans l'informatique et des services, le Sénat américain avait adopté jeudi dernier par 70 voix contre 26, dont 25 républicains, un projet de loi interdisant les délocalisations dans le cadre de contrats du gouvernement fédéral.


Importer les produits US

Les députés tunisiens ont adopté un projet de loi ratifiant l'octroi et la garantie de deux crédits de financement des Etats-Unis pour l'importation de produits agricoles américains. Le premier crédit d'une valeur de 30 millions de dollars financera l'importation d'huiles végétales et de denrées agricoles. Le second crédit d'un montant de 10 millions de dollars permettra de financer l'importation de fourrages et de blés et dérivés. L'octroi de ces deux crédits intervient alors que l'association des producteurs de blé américains (US Wheat Associate) envisage d'ouvrir un bureau d'assistance technique en Tunisie dans le domaine du blé, le deuxième du genre au Maghreb après celui du Maroc. En principe, ce bureau devrait fournir des services gratuits pour les producteurs et importateurs de blé et promouvoir l'exportation du blé américain en Tunisie où l'activité agricole, qui contribue pour près de 12% à l'économie, est sujette aux aléas climatiques.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc