×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Airbus dans la tourmente

Par L'Economiste | Edition N°:2376 Le 05/10/2006 | Partager

. Nouveaux retards de livraison et suppression d’emploisLe calendrier de livraisons de l’avion géant A380 d’Airbus va subir un nouveau retard «en moyenne d’un an», soit un décalage du programme de près de deux ans comparé au plan initial, poussant l’avionneur à lancer un vaste programme d’économies et de réorganisation industrielle. «Au terme du conseil d’administration qui s’est tenu mardi 3 octobre, EADS a déclaré que les livraisons seraient décalées en moyenne d’un an par rapport au calendrier annoncé le 13 juin», date à laquelle avait été annoncée une deuxième vague de retards, a indiqué la maison-mère d’Airbus. Quatre compagnies clientes de l’A380, Air France, Emirates, Virgin Atlantic et Lufthansa, avaient plus tôt dans la journée annoncé avoir été informées par Airbus de nouveaux délais de livraison. C’est la troisième fois depuis le printemps 2005 qu’Airbus repousse les livraisons de son programme-vedette, d’un coût estimé à 12 milliards d’euros, victime de problèmes persistants d’industrialisation. «Pour restaurer sa compétitivité et compenser la dégradation financière de ces retards», Airbus a annoncé un programme de réduction des coûts baptisé «Power 8», visant à économiser «au moins 2 milliards d’euros par an à partir de 2010» et réduire de 2 ans les cycles de développement. Airbus compte notamment «réduire de 30% ses frais de fonctionnement», a indiqué le patron de l’avionneur, Christian Streiff, lors d’une conférence téléphonique. Le constructeur procèdera à des suppressions d’emploi, via des «mesures d’âge» mais aussi via une réduction de l’emploi intérimaire ou des CDD dans la production, a-t-il précisé. «Notre carnet de commandes fait que le risque de plan social est à notre avis très faible chez les ouvriers et compagnons». Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc