×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Air Sénégal: Le trafic a progressé de 20,40%

    Par L'Economiste | Edition N°:2770 Le 06/05/2008 | Partager

    . Chiffre d’affaires amélioré de plus de 10%. RAM apporte 10 millions d’euros à sa filialeROYAL Air Maroc (RAM) «est toujours majoritaire à 51%» dans Air Sénégal International (ASI). Jusqu’en début de semaine, la direction de RAM ne voulait pas communiquer sur la question. Réagissant donc aux informations qui ont circulé dans la presse ces derniers temps «concernant l’évolution d’Air Sénégal International, filiale du groupe Royal Air Maroc», la direction du transporteur national a tenu à préciser dans un communiqué que «la trésorerie d’ASI a connu une crise vers la moitié de l’année 2006». C’est ce qui a obligé la compagnie mère à la renflouer «par un apport en compte courant d’associé d’un montant de 10 millions d’euros». Le montant a été consenti par RAM en septembre 2006. Parallèlement à cet apport en liquide, RAM a mis en place «un plan de redressement (ndlr: de sa filiale sénégalaise) rigoureux». Il a été «entamé avec l’aide des plus hautes autorités sénégalaises et a conduit au redressement actuel constaté». La direction de RAM assure que «depuis janvier 2008, le trafic (d’ASI) a progressé de 20,4% et son chiffre d’affaires s’est amélioré de 10,05%». C’est ce qui permet à la direction de RAM de dire que «les paramètres d’exploitation de la filiale sont actuellement corrects et permettent de faire face aux dépenses courantes et d’assurer le remboursement des dettes». «Sur le plan comptable, la compagnie a imputé, sur la même année 2006, l’intégralité des charges accumulées à cette date et non comptabilisées, faisant apparaître un déficit d’environ 20 millions d’euros et qui reste inférieur à 4% du chiffre d’affaires cumulé». On assure auprès de RAM que le conseil d’administration d’Air Sénégal International, «a été informé régulièrement de l’évolution des difficultés rencontrées et des solutions mises en œuvre et qui ont fait l’unanimité des partenaires». Le groupe Royal Air Maroc souligne, en outre, qu’il reste «respectueux du choix de l’Etat du Sénégal» de «modifier l’actionnariat de la compagnie» pour qu’il puisse disposer de la majorité ou de la totalité des actions d’ASI. «Choix tout à fait conforme aux options initiales qui avaient présidé à la création de la compagnie». D’ailleurs, indique-t-on auprès de la direction, RAM «s’est déclarée disposée à accompagner cette démarche». Se disant prête à soutenir toute nouvelle initiative du gouvernement sénégalais, la direction du groupe Royal Air Maroc, affirme qu’elle «s’engage personnellement auprès de chaque collaborateur d’Air Sénégal International à tout mettre en œuvre pour assurer la pérennité de la compagnie et la préservation des emplois». Pour rappel, le ministre sénégalais de l’Artisanat et des Transports aériens, Farba Senghor, avait annoncé en octobre 2007 que l’Etat sénégalais compte reprendre les 51% détenus par RAM dans le capital d’ASI. Il avait même indiqué que Dakar avait l’intention d’acquérir 75% du capital de la filiale sénégalaise du groupe aérien marocain. Depuis, plus rien jusqu’au 2 mai quand le conseiller en communication de Senghor a affirmé que «le gouvernement (sénégalais) va reprendre la totalité des parts marocaines dans le capital d’Air Sénégal International» (www.Leconomiste.com).J.E. HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc