×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Agriculture: Le Ministère fait le point sur la campagne

    Par L'Economiste | Edition N°:506 Le 13/05/1999 | Partager

    · Le Département de M. El Malki s'attend à une chute de 18% de la valeur ajoutée agricole
    · 77 millions de journées de travail perdues


    Coupant court aux supputations qui circulaient sur la campagne agricole, le Ministère de l'Agriculture tranche net: 1998-1999 sera assurément une année de vaches maigres. Dans un document présenté mercredi par M. Habib El Malki devant la Chambre des Représentants, le Ministère estime la valeur ajoutée de l'exercice agricole à 32 milliards de DH, soit 18% de moins que celle de l'année dernière, qui ne figurait pourtant pas dans les annales. Les végétaux surtout ont souffert de la parcimonie des dons du ciel en début de campagne. Leur valeur ajoutée aura chuté de près de 22% à 21,6 milliards de DH.
    Quant à la production animale, le programme de sauvegarde du cheptel aura permis dans l'ensemble de limiter les dégâts. La baisse de la valeur ajoutée (estimée à 10,6 milliards de DH) reste inférieure à moins de 4%.
    Plus alarmante encore est la situation de l'emploi en milieu rural. Le Ministère s'attend en effet à une perte sèche de 77 millions de journées de travail dans les différentes campagnes du pays. En effet, le total des journées de travail assurées par les différentes filières agricoles ne sera que de 343 millions, un chiffre bien en deçà de la moyenne.
    La situation est donc préoccupante à plus d'un titre et nécessite du Ministère des mesures d'exception.
    D'ores et déjà, plusieurs actions d'urgence ont été définies. Ainsi, pour la production végétale, le département de M. El Malki prévoit de lancer un programme pour garantir l'approvisionnement des agriculteurs en semences de céréales, de légumineuses et de fourrage à des "prix encourageants" au début de la campagne prochaine (1999/2000). En parallèle, le Ministère compte accélérer le remboursement des agriculteurs ayant souscrit au programme-pilote d'assurance agricole. Le total des remboursements est estimé à près de 57 millions de DH et ce, pour une superficie couverte de 35.000 hectares.
    Pour l'élevage, l'évaluation présentée par M. El Malki s'attend à une conjoncture estivale et automnale pour le moins difficile, avec un déficit fourrager dans une fourchette de 1 à 5,1 milliards d'unités fourragères (l'équivalent de 10 à 15 millions de quintaux d'orge), soit près de 30% des besoins du cheptel national. C'est pourquoi son département compte insuffler une nouvelle dynamique au programme de sauvegarde du cheptel déjà enclenché.
    L'enveloppe globale que nécessitera cette opération sera donc de 300 millions de DH.
    Evidemment, la conjoncture agricole défavorable laisse présager un accroissement des importations céréalières que le Ministère estime à 41,6 millions de quintaux, le déficit global avoisinant les 4,7 millions.
    Pour l'emploi, un programme de soutien sera bientôt présenté à la Commission Interministérielle chargée du Dévelop- pement Rural.

    Ghassan KHABER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc