×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agriculture: 3,5 milliards de DH mobilisés pour la sécheresse

Par L'Economiste | Edition N°:537 Le 25/06/1999 | Partager

· Une présence ministérielle importante pour lancer le plan anti-sécheresse

· Une importante gymnastique pour financer le programme

· Des réformes structurelles promises pour le début de la campagne prochaine


C'est en présence d'une pléiade de ministres qu'a été dévoilé le contenu du programme national de lutte contre les effets de la sécheresse. Outre M. Habib El Malki, ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes (MADRPM), étaient ainsi présents MM. Fathallah Oualalou, ministre des Finances, Bouamour Taghouane, ministre de l'Equipement, Ismaël Alaoui, ministre de l'Education Nationale, ainsi que Saïd Chbaâtou, ministre chargé des Eaux et Forêts. Une telle mobilisation ministérielle démontre à quel point l'heure est grave.
La récolte céréalière, principale ressource agricole, ne dépassera pas les 35,6 millions de quintaux, soit 57% de la récolte enregistrée lors de la campagne précédente. La valeur ajoutée agricole chute de 13% et l'emploi en milieu rural dégringole de plus de 16%.
Devant l'urgence de la situation, le Conseil interministériel Permanent du Développement Rural, réuni le 10 juin, a décidé de hâter l'application du plan anti-sécheresse. Son coût global sera de 3.538 millions de DH. Ainsi, 2.220 millions de DH seront alloués dans le cadre de la Loi de Finances, 1.003,4 millions à partir des fonds d'affectation spéciale gérés par le MADRPM, 14,5 millions du Fonds National Forestier et les 300 millions restant dans le cadre de la promotion nationale. Selon M. Oualalou, il a fallu s'adonner à toute une gymnastique financière pour intégrer l'effort requis par le programme dans le cadre de la Loi de Finances, la première mouture étant déjà déposée devant les Chambres du Parlement.

Par ailleurs, M. El Malki a indiqué que de sérieuses réflexions se poursuivent pour la recherche de solutions structurelles au problème de la sécheresse. "L'objectif est d'extirper le phénomène par ses racines et non plus de le traiter une fois que le mal est fait", a-t-il précisé.
Ainsi, un Observatoire National anti-sécheresse démarrera incessamment ses travaux pour proposer les mesures adéquates.
Dans ce cadre, annonce le ministre de l'Agriculture, qui ne dévoile pourtant pas toutes les cartes, de nouvelles dispositions seront mises en place dès le démarrage de la prochaine année agricole.
L'objectif est d'arriver à réaliser une récolte minimum de 50 à 60 millions de quintaux chaque année quelles que soient les conditions climatiques, soit l'équivalent de 4 à 5 points de croissance garantis".


Le détail du programme anti-sécheresse


· Un plan d'urgence à quatre facettes se mettra en branle

· La relance de l'emploi en milieu rural érigée en priorité avec un budget qui dépasse les 2 milliards de DH

Présenté vendredi au siège du Ministère de l'Agriculture, le programme anti-sécheresse vise à réduire les effets néfastes des conditions climatiques sur la production agricole.
Dans le détail, le plan élaboré par le Conseil interministériel Permanent du Développement Rural s'articule autour d'un losange à quatre composantes: alimentation en eau potable, sauvegarde et protection du cheptel, création d'emploi en milieu rural et traitement de l'endettement des petits agriculteurs.

· Emploi: Le programme de création d'emploi en milieu rural absorbe l'enveloppe la plus importante, soit près de 2,27 milliards de DH. Objectif, créer près de 13,9 millions de journées de travail pour pallier les pertes d'emploi résultant de la mauvaise année agricole. Les fonds seront débloqués à hauteur de 80% au titre de la Loi de Finances et des budgets des organismes sous tutelle. Le reste fera partie d'un programme additionnel nécessitant un financement complémentaire.

· Endettement agricole: Autre grand chantier ouvert par la Commission interministérielle, l'annulation des dettes des petits agriculteurs ayant un encours global inférieur à 10.000 DH et dont le nombre représente environ 57% de la clientèle de la Caisse Nationale de Crédit Agricole. Le budget global avoisinera les 644 millions de DH. De plus, la Caisse procédera à l'examen dans les zones sinistrées, au cas par cas, des possibilités de report de tout ou d'une partie de l'échéance de l'exercice, en fonction des rendements réellement obtenus. Par ailleurs, d'autres mesures initialement entamées lors d'autres campagnes, comme la ristourne d'intérêt ou son annulation pour certaines dettes, seront reconduites.
· Approvisionnement en Eau potable: Pour plus de 1.670 localités durement approuvées par le manque d'eau, un programme d'approvisionnement en eau potable sera lancé à travers la réalisation de puits ou de leur approfondissement, la mise en place de bornes fontaines alimentées par les installations de l'ONEP et l'aménagement des sources. Le coût présumé du programme qui avoisine les 332 millions de DH sera financé à partir de la Loi de Finances 1999/2000 et du budget de l'ONEP

· Cheptel: Enfin, dernière composante du plan d'action anti-sécheresse, la reconduction du programme de sauvegarde du cheptel lancé l'année dernière. Près de 300 millions de Dirhams seront ainsi consacrés à l'impact des effets de la sécheresse sur l'élevage.

Ghassan KHABER & Lamia EL BOUANANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc