×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agences de voyages : La guerre du Golfe a réveillé la guerre des prix

Par L'Economiste | Edition N°:21 Le 19/03/1992 | Partager

La FNAVM a constitué son nouveau bureau et reconduit à la présidence M. Fouad Lahbabi. La présentation des membres du bureau à la presse a été l'occasion d'évoquer les préoccupations de la profession, dominées par la crise du tourisme et la guerre des prix.
Représentant environ 6% du PIB, et prés de 250.000 emplois directs et indirects le secteur de l'industrie touristique a connu en 1991 une mauvaise année qui n'a pas épargné les agences de voyages.
Celles-ci ont vu leur situation financière se détériorer grâce à une baisse de leur activité surtout vi-à-vis des marchés européens et américains qui sont des marchés à toute valeur ajoutée.
Heureusement l'accroissement du tourisme d'origine maghrébine est venu à la rescousse du secteur ce qui a permis d'amortir le choc. Pour 1992 et 1993, les prévisions sont encourageantes mais sont loin des résultats qui ont été atteint en 1989 ou 1990.
Outre la guerre du Golfe qui a eu des répercussions négatives sur l'arrivée des touristes, européens notamment, la crise a révélé certaines carences du produit touristique marocain jugé globalement bon. A ce sujet la FNAVM a soulevé le problème de la sécurité des touristes indépendants qui se font littéralement "agressés". La fédération qui a demandé aux autorités compétentes d'agir a vu ses souhaits plus ou moins exhaussés grâce à la création, tout récemment par le Ministère de l'Intérieur, de services des affaires touristiques relevant des gouverneurs. Ces services sont dénommés "Brigades touristiques".
Par ailleurs, la crise de l'année dernière a révélé certaines tendances vient à discréditer la profession comme le non respect du code de déontologie de la profession par certaines agences qui brodent leur prix. M. Lahbabi regrette ce genre de comportement qui ne fait que discréditer la profession et tenir l'image du produit touristique Maroc. Ce phénomène est particulièrement aigu en ce qui concerne les destinations Omra et Al Hajou les prix affichés par les différentes agences de voyages sont très variés. La Fédération parle de "guerre des prix".
Par ailleurs, les professionnels ont soulevé le problème de la concurrence avec certains de leurs fournisseur, les hôteliers en particulier qui les "court-circuitent" vis-à-vis des Tours opérateurs étrangers.
Les professionnels voudraient grâce à l'aide des autorités compétentes, instaurer la vérité des prix. A ce niveau, le délégué du Ministère du Tourisme de Casablanca, M. Daouidi a souligné le rôle régressif du Ministère du Tourisme qui sanctionne tout établissement hôtelier pratiquement une tarification inférieure à 30% du prix officiel.
l'Hôtel qui ne respecterait pas ses dispositions sera pénalisé par des amendes ou le déclassement puisque le prix ne correspondrait plus alors à son standing.
Cependant, des baisses de prix inférieures à 30% serait judicieuses dans le cadre de la promotion du produit touristique marocain vis-à-vis des tours opérateurs étrangers pour mieux commercialiser ce produit.
Pour pallier à ces insuffisances, la FNAVM compte élaborer un code de déontologie applicable par toutes les agences de voyages, notamment en matière de prix et de facilités de paiement. Car au niveau des agences de voyage de Casablanca il est courant de voir les clients recourir aux services de telle ou telle agence en fonction des facilités de paiement qu'elle accorde. L'institution d'un code de déontologie permettrait l'adoption d'une action commune à tous les niveaux.
Abordant le sujet de la campagne publicitaire et de la promotion des marchés, la FNAVM a déploré l'inexistence d'une action commune en matière de promotion touristique. A ce niveau chacune des agences fait sa propre promotion en marge de l'action mené par le Ministère du Tourisme et l'ONMT.
"Cependant avec M. Abdelkader Benslimane, Ministère du Tourisme les choses vont changer". Ainsi dernièrement le Ministère a lancé un appel d'offre visant à associer la publicité du produit touristique marocain à une agence de publicité nationale ou internationale. Pour l'instant les agences intéressées étudient le cahier des charges. cette action s'inscrit dans le cadre de l'utilisation efficiente d'une seule et unique campagne de promotion du produit touristique marocain.
Loin de négliger, le marché maghrébin et surtout algérien, les professionnels l'abordent diffé-rement. Tourisme frontalier, saisonnier et familier, le tourisme algérien n'est pas organisé pour que les agences de voyage s'y "aventurent".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc