×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Agadir/tourisme
    Les activités nautiques, une niche à développer

    Par L'Economiste | Edition N°:3413 Le 29/11/2010 | Partager

    . Elle attire des surfers de toutes les nationalités . La filière, sans réglementation, est parasitée par l’informel Certains surfeurs la considèrent comme une destination bon marché à quelques heures de l’Europe. Agadir et sa façade atlantique est en fait une destination exotique très prisée par les adeptes de ce sport, car c’est là que se trouve la plus renommée des vagues du Royaume. En effet, s’il fait bon surfer tout au long de la côte, d’Agadir à Safi, l’endroit qui attire le plus de monde de tous les coins de la planète depuis des décennies, c’est bien la Pointe des ancres ou Anchors point qui offre des vagues longues dépassant le km. De fait, la zone en question abrite des spots mondialement connus à savoir Killer Point, H Point, Boilers, Paradis, The wall, Mystery point, Panorama’s, Banana Beach, Devil’s Rock. Sans oublier Taghazout où se sont déroulés des championnats internationaux et d’autres sites tels Tamraght, le 17, Aghroud, Imessouane ainsi que Tamri et Cap Ghir. La majorité des habitants de ces localités, bien des années auparavant, pratiquaient la pêche, l’agriculteur, l’élevage, l’artisanat et la production de l’huile d’argan. Aujourd’hui, le tourisme s’avère être l’une des ressources les plus importantes dans la zone. Il a donc mobilisé les habitants vers une gestion de petits commerces telles la location saisonnière d’appartements ou de mini-bus. Ce phénomène se conjugue à l’implantation de deux grands campings ainsi qu’à l’émergence de petites entreprises gérées par les autochtones mais aussi par des étrangers. Ainsi, de nombreuses activités se sont développées sur les lieux telles la location de jet-ski, l’implantation de surf shops, les écoles de surf dans plusieurs sites. Sans omettre, de même, la location de gîtes, les surf camps  tel que celui de Banana Beach ou encore Surf Berbere à Taghazout, Imourane surfing  à Tamraght à 15 km au nord d’Agadir et bien d’autres. Il y a lieu, cependant, de préciser que dans cette dynamique, l’offre des activités nautiques reste minime par rapport à l’ampleur et la diversité de la clientèle fréquentant ces sites. En effet, la majorité des touristes de la zone ne s’adonne qu’à la pratique du surf. D’un autre côté, les responsables des écoles mettent en exergue le manque de réglementation des activités. Aussi, la filière est parasitée par l’informel.De nos correspondantes, I. Bo & M.A

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc