×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir: Vent d’apostasie dans des collèges ?

Par L'Economiste | Edition N°:2236 Le 17/03/2006 | Partager

. La rumeur s’amplifie. Ce n’est pas sans rappeler la dérive de l’affaire des rockers. Gare à la chasse aux sorcièresLE Souss est connu pour le caractère conservateur de ses habitants. Paradoxalement au développement de lieux d’animation tels que les casinos, les discothèques, les cabarets et autres pour des raisons d’économie touristique, la région continue à être le haut lieu des érudits en matière coranique. Ceci, en raison de la présence de très nombreuses médersas (écoles), implantées parfois depuis des siècles même dans des coins les plus enclavés. Ces établissements sont très actifs et nombreux sont les jeunes hommes qui s’y retirent pour étudier le Coran. Par ailleurs, le Souss est depuis quelque temps un fief pour les partis à tendance islamiste et il ne serait pas étonnant qu’ils y remportent les prochaines élections. Dans ce décor, fort religieux et très conservateur, on pourrait se demander s’il y a vraiment la place pour des phénomènes d’apostasie et la présence de ‘’sectes à caractère satanique’’. En tout cas, une chose est certaine, les conversations ne tournent plus qu’autour de cela. En effet, on aurait observé que des adolescents de collèges et lycées de la ville ont des comportements pour le moins curieux. L’enquête menée auprès de différents intervenants - qui tous préfèrent garder l’anonymat - a montré que le sujet suscite beaucoup de gêne. «Le phénomène existe bien parmi une frange de jeunes des deux sexes âgés de 20 ans et moins, établis à Agadir et dans la périphérie», indique un enseignant. Selon une source proche du dossier, «ils s’adonneraient à des rituels étranges». «Ils se réunissent depuis quelque temps sous un pont situé sur le boulevard Mohamed V à proximité de la place Al Amal», ajoute un jeune étudiant. Dans le milieu scolaire, les représentants du département à l’échelle locale disent être «au courant du phénomène mais ne parlent que de cas isolés». Mais on indique que plusieurs responsables d’établissement ont alerté la Délégation de l’enseignement. «On reste vigilants», déclare un directeur de collège. De son côté le Conseil des Oulémas du Souss a réuni récemment ses troupes pour prendre également des dispositions. Les jeunes, abordés près des lycées et collèges, confirment la présence parmi eux «de gothiques’’. Ils les décrivent comme des jeunes à la tenue vestimentaire de couleur noire et plutôt sale en raison de leur refus d’hygiène pour se différencier des autres. Ils les caractérisent également comme portant des bijoux particuliers. Ces soi-disant adeptes de Satan et prétendus «vampires’’ sont également caractérisés par leur enclin à la musique hard rock et plus précisément sa version dure, le heavy metal. Là, l’histoire en rappelle étrangement une autre, celle des 14 musiciens impliqués dans l’affaire de la secte dite «satanique’’ qui a eu lieu en 2003 (www.leconomiste.com). Va-t-on recommencer la même erreur et s’acharner sur des jeunes parce qu’ils aiment le hard rock ou encore s’habillent en noir et portent des piercings, sûrement pas. Aujourd’hui, et c’est une volonté commune, l’approche se veut pédagogique à l’égard des ados, même si toute dérive en publique de leur part pourrait probablement susciter un recommencement de l’histoire. Mais cette fois pour justifier l’action, il faudrait apporter de véritables preuves matérielles tangibles qui prouveraient les accusations et la réelle présence d’une quelconque mouvance du genre.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc