×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir: Un milliard de DH pour la mise à niveau urbaine

Par L'Economiste | Edition N°:2202 Le 27/01/2006 | Partager

. Aménagement du front de mer, espaces verts, réfection des voiries. La commune urbaine financera 24% du coût global C’est un programme ambitieux que Tariq Kabbage, président de la commune urbaine d’Agadir, a présenté mercredi dernier lors d’une session extraordinaire en présence de Rachid Filalli, wali du Souss-Massa-Draâ, et de nombreux opérateurs locaux. Pour le reste de leur mandat, le président et ses collaborateurs veulent mettre les bouchées doubles pour l’embellissement et l’équipement de la ville. Plus d’un milliard de DH seront investis sur une durée de trois ans environ pour mettre à niveau la ville. Aménagement du front de mer, des espaces verts et sportifs, des places publiques ainsi que la réfection des voiries et des trottoirs sont au programme. La réhabilitation d’Agadir Ouffela est aussi prévue. Bref, il s’agit d’un grand chantier et il concerne toutes les communes d’Agadir. Selon Kabbage, l’exécution des projets devrait démarrer très rapidement. Cette opération fort prometteuse est en fait le projet de tous les habitants de la ville. En raison de cet aspect et de son importance pour toute la cité notamment pour son activité économique, celle-ci fait appel à l’implication de tout le monde. Sur le plan financier, cela se traduira par une participation du ministère de l’Intérieur, à travers la direction des collectivités locales, et cela représente quelque 12% de l’enveloppe globale. Une contribution identique à celle de la holding El Omrane et de l’Erac. La commune urbaine apportera pour sa part 24% du coût global de l’opération. Pour le reste, il sera fait appel au FEC (Fonds d’équipement communal). Pas de problèmes de fonds donc pour réaliser ce programme. Ainsi, les élus de la ville n’ont plus qu’à retrousser leurs manches, relever le défi et prouver notamment à leurs détracteurs qu’ils sont à la hauteur de leur ambition. Le résultat en vaut la peine, surtout que c’est sur l’aboutissement de toutes les promesses que sera jugé le mandat de l’actuel bureau. Outre l’embellissement de la ville, les gestionnaires de la station balnéaire devront aussi se pencher sur plusieurs chantiers en attente depuis de nombreuses années, tels que le conservatoire de musique, la décharge et les abattoirs. Sur ces dossiers ils sont également très attendus par leurs électeurs.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc