×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Les pétards introuvables dans le commerce

Par L'Economiste | Edition N°:1475 Le 13/03/2003 | Partager

. Le commerce de ces produits a été interdit par les autorités pour éviter d'éventuels accidentsA l'occasion de l'Achoura, le commerce bat son plein dans le grand souk de la capitale du Souss. Dans ce grand marché de la ville où tout client trouve son bonheur, ce sont surtout les marchands de jouets qui attirent le plus ces derniers jours. Même au courant de la semaine, les commerçants font de bonnes affaires. Mais ils tablent sur les derniers jours pour liquider la marchandise réservée à cette période de l'année. D'un commerce à un autre les avis diffèrent. Pour les uns, la recette est meilleure que l'année dernière, d'autres avancent que les affaires ont été moins bonnes. Rien d'étonnant, la concurrence est plus forte. D'une boutique à l'autre, ce sont les mêmes gadgets made in Chine mais achetés auprès des grossistes à Casablanca. Ces produits sont proposés à des prix à bon marché accessibles à toutes les Bourses. Ils varient entre 5 et 150 DH en moyenne. L'établissement Bouslham, magasin de jouets et gadgets, réputé dans le quartier Talborjt de la ville depuis 1976, reste toutefois le mieux approvisionné. Les commerçants offrent comme nouveauté entre autres les gadgets en vogue de Harry Potter. En somme, les enfants de tout âge peuvent trouver leur bonheur à des prix variant entre 5 et 3.500 DH. Selon un vendeur, les jeux de société sont les plus demandés. Il n'y a quand même pas de jouets que vous ne pouvez trouver dans cette caverne d'Ali Baba sauf les pétards. Ici comme ailleurs, même chez l'épicier du coin. La décision de leur interdiction intervient suite à des accidents. Ces produits restent introuvables. Le commerce de jouets n'est pas la seule activité florissante en ce moment. Les ventes sont dopées également chez les commerçants de fruits secs, petits gâteaux, khol, henné, encens et petits tambourins. Tradition oblige… De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc