×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agadir: Le CRT prépare un plan de décollage

Par L'Economiste | Edition N°:1442 Le 22/01/2003 | Partager

. Le CRT ne peut jouer son rôle que s'il renforce ses structures fonctionnelles. Autrement dit, le bénévolat a montré ses limites. Il est temps de payer le prix des compétencesLa concurrence est rude sur le balnéaire, Agadir doit donc mettre en valeur tous ses atouts pour se faire une place parmi les autres destinations et assurer son évolution touristique. C'est ce qu'a annoncé Adil Douiri, ministre du Tourisme, en visite lundi à Agadir. Pour lui, il est temps de diversifier le produit touristique Agadir. Douiri avait assisté au conseil d'administration de la société nationale d'aménagement de la baie d'Agadir (Sonaba) en présence de Mohamed Ali Ghannam, wali de la région. A Agadir, les opérateurs du tourisme, réunis à travers le GRIT devenu aujourd'hui CRT (www.leconomiste.com), s'accordent sur la nécessité de la diversification. Un besoin qui a été conforté l'an dernier par l'enquête réalisée au profit de l'association sur le profil du touriste de la station balnéaire. Cette étude a dévoilé entre autres que la plage n'attirait que 30% des visiteurs. Reste que malgré le nombre d'excursions et la richesse de l'arrière-pays, les spécificités de la station sont encore méconnues des tour-opérateurs étrangers. Pour combler cette lacune, Adil Douiri propose l'organisation d'un séjour informel pour les décideurs étrangers du tourisme afin de leur faire découvrir le produit dans sa globalité. Cette visite permettrait non seulement de cerner les attentes des TO mais aussi de déterminer ce que doit être le produit touristique. Un travail à la charge du conseil régional du tourisme de la ville. “Le concept est déjà là, il suffit aujourd'hui de formaliser un plan d'action de l'entité pour décider de la démarche promotionnelle et définir le rôle de chacun des collèges qui la compose”, a souligné le ministre. Pour lui, le CRT ne peut jouer son rôle avec efficacité que s'il renforce son fonctionnement. Il faut cesser le bénévolat et recruter des cadres au profil pointu, a conseillé Douiri. Une mesure difficile toutefois à appliquer au niveau de l'entité en raison de ses maigres ressources financières. Celles-ci ne dépassent pas annuellement 1,5 million de DH. Sur ce volet, le ministre est clair. Contrairement au budget promotionnel à la charge de l'ONMT, aucune enveloppe financière n'est envisagée par le ministère de tutelle pour le fonctionnement du CRT. Celui-ci doit faire appel à la région.


Pas de diktat

Il faut arrêter de focaliser sur la RAM, a lancé Adil Douiri aux professionnels du tourisme à Agadir. Le ministre est conscient de l'insuffisance de la desserte aérienne sur le station. Mais aucun diktat ne peut être imposé à la compagnie nationale, a-t-il souligné. Pour renforcer les liaisons aériennes directes à destination d'Agadir, quelques agréments ont été octroyés à des entreprises privées, en attendant l'élaboration d'une loi sur la libéralisation du transport aérien. Ce texte sera élaboré sur la base des besoins du secteur et de la stratégie de la RAM, a expliqué le ministre.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc