×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: La RAM veut doper son activité fret

Par L'Economiste | Edition N°:1619 Le 09/10/2003 | Partager

. Le transport aérien de marchandises a enregistré une baisse de 15% en 2003 Primeurs, fleurs, poisson frais, artisanat… Agadir est tournée particulièrement vers l'exportation et dispose d'un fort potentiel à développer dans ce sens. En dépit de ces atouts, le Souss ne représente que près de 9% du fret acheminé par la RAM. Par ailleurs, ce moyen de transport n'est utilisé par les opérateurs de la région qu'à hauteur de 37%, importations et exportations confondues. Pour relancer l'activité dans cette partie du Royaume, Ilham Tahri Joutei, vice-président Cargo de la compagnie nationale a fait le déplacement mardi dernier pour rencontrer ses clients du Souss. Ceux-ci constituent un de ses principaux marchés après Casablanca. Contrairement aux années 70-80 durant lesquelles l'activité était plutôt florissante, aujourd'hui la tendance du trafic à Agadir est à la baisse. La chute était de 23% en 2002 par rapport à 2001 et de 15% en 2003 comparativement à l'année précédente. Les principales baisses se situent notamment au niveau de plusieurs destinations telles que Bruxelles, Madrid, Francfort, Rome, Marseille et Milan. Sur cette dernière destination vers laquelle est acheminé surtout du poisson, la chute est due essentiellement au manque de capacité, précisent les représentants de la RAM. Le trafic vers Paris reste en hausse (15%) par contre, malgré la conjoncture difficile. Pour doper l'activité, la vice-présidente Cargo assure que plusieurs mesures ont été prises jusqu'à présent. Les tarifs sur Agadir ont été alignés sur ceux de Casablanca. Par ailleurs, pour étendre le réseau de distribution à des tarifs avantageux, des partenariats avec d'autres compagnies aériennes ont été mis en place. Sont concernées des destinations comme l'Asie, l'Europe du Nord et de l'Est entre autres. A ceci s'ajoute le renforcement des dessertes aériennes en avion cargo B 737-200 offrant 12 tonnes de charges au départ de Casablanca à destination de Bruxelles, Paris et Milan pour la saison hiver 2003/2004, sans compter l'augmentation des fréquences mixtes (vols passagers). Selon les dirigeants de l'entreprise, l'acquisition de deux avions A321-200 à partir de novembre 2003 est également au programme. Malgré ces efforts, les dysfonctionnements au niveau des prestations proposées sont encore nombreux, à en croire les opérateurs présents lors d'un meeting. Ilham Tahri Joutei en est consciente. “Nous sommes venus à la rencontre de nos clients car nous souhaitons régler en amont les problèmes auxquels ils font face”, a-t-elle indiqué à L'Economiste. Selon les données d'une enquête réalisée auprès du client, le coût des tarifs est un des freins de l'évolution de l'activité. Près de 63% des clients le considèrent élevé. De notre correspondante, Malika Alami

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc