×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Des commerçants frappés de saisie

Par L'Economiste | Edition N°:1766 Le 12/05/2004 | Partager

. Une quarantaine de boutiques menacées et les propriétaires n’arrivent plus à payer les taxesLe secteur du commerce est loin d’être dans ses meilleurs jours. Malgré la croissance du nombre d’habitants, il semble que le pouvoir d’achat n’a véritablement pas évolué. Une quarantaine de boutiques dans la ville sont menacées de saisie. C’est du moins ce qu’indiquent les représentants de la Chambre de commerce, d’industrie et de service d’Agadir (CCISA). Parmi les commerçants les plus touchés par la crise dans la cité, une vingtaine, précise Mohamed El Mouden, secrétaire général de la Ccisa, se trouve dans la ville nouvelle et vingt autres environ se situent à Talborjt. Un quartier où l’on a assisté ces dix dernières années à la fermeture de nombreuses échoppes. Leurs rideaux sont toujours baissés et leurs propriétaires n’arrivent pas à les vendre, faute de demandes. A l’origine de cette situation de crise, aux yeux des professionnels, plusieurs facteurs bien sûr, à commencer par le grand souk sans oublier l’implantation de Métro et de Marjane. Mais les commerçants montrent du doigt en premier les lourdes taxes fiscales. Des charges que les professionnels considèrent plus importantes à Agadir que dans la métropole de Casablanca. Aujourd’hui, les commerçants en difficulté n’ont pas réglé depuis longtemps leurs redevances fiscales et sont encore dans l’impossibilité de les honorer, surtout que les intérêts de retard se sont accumulés. “Même en vendant leur boutique, ce qui est peu probable par les temps qui courent, ils n’arriveraient pas à payer le montant des impôts”, déplore Mohamed El Mouden. Pour sortir de l’impasse, les propriétaires des boutiques menacées par la saisie ont fait appel à la Ccisa. Il s’agit de trouver un arrangement avec la direction régionale des Impôts pour sauver les concernés. Ceux-ci souhaitent un échelonnement de la taxe et la suppression des intérêts de retard. Parallèlement à ces démarches, une réflexion est menée actuellement par la Ccisa en partenariat avec la Commune urbaine d’Agadir pour réaménager le quartier commercial de Talborjt. Le plan préconisé est d’aménager une zone piétonne dans la principale artère du quartier. L’objectif est de redonner vie à cette zone en drainant beaucoup de passants qui pourraient être de potentiels clients. La réalisation de la cartographie du commerce est également à l’étude par les deux établissements. En attendant, le commerce dans la ville a besoin d’une véritable stratégie.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc