×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agadir: Bijdiguen reconduit à la tête de la Chambre des pêches maritimes

Par L'Economiste | Edition N°:1576 Le 06/08/2003 | Partager

. Il brigue son troisième mandat à la tête de cette chambre Pas de surprise lundi dernier lors de l'élection du bureau de la Chambre des pêches maritimes de l'Atlantique-Centre (Agadir). Lahcen Bijdiguen, président sortant, a été reconduit à l'unanimité. Opérateur de la pêche côtière, cet élu a d'autres casquettes. Conseiller sous l'étiquette RNI à la deuxième Chambre, il est également président du Conseil préfectoral d'Agadir-Ida Outanane et président du club de football Al Hassania. Il est aussi à la tête du syndicat de la pêche industrielle et administrateur de société. Au sein de la Chambre des pêches maritimes à Agadir, il brigue son troisième mandat. D'autres membres du bureau sont également de retour. C'est le cas de Mohamed Ali Oukacha, nommé 1er vice-président de la Chambre. Le poste de 2e vice-président a été attribué à Abdelkrim Fotat. Fouad Tazi, un opérateur de la pêche hauturière et Abderrahman Ousri, professionnel de la pêche côtière, ont été désignés respectivement aux postes de secrétaire et secrétaire adjoint. Aux postes de trésorier et trésorier adjoint, on trouve respectivement Lahoucine Zahiri et Fouad Benallali. Les assesseurs sont Hamid Jellal, Mohamed Safi Eddine, Abderrahim Abou, Lahcen Iguimdran, Mohamed Mountassir. La nouvelle équipe de la Chambre maritime de l'Atlantique-Centre aura fort à faire tant sur le plan interne de la structure qu'en qualité d'accompagnateur du secteur, surtout que celui-ci souffre de mille et un maux. La vétusté de la flotte de la pêche côtière, dont la mise à niveau est toujours à la traîne en est un. Du côté de la pêche hauturière, il y a également de nombreux défis à relever. La filière a enregistré ses plus mauvais scores au premier semestre 2003, en raison d'une chute des débarquements de céphalopodes. Pour la préservation des ressources, plus que jamais les membres de la Chambre devront militer pour la mise en place d'une pêche sentinelle qui associe professionnels et scientifiques.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc